RDC : 700 ménages oubliés de tous à Kalehe dans le Sud-Kivu

RDC : 700 ménages oubliés de tous à Kalehe dans le Sud-Kivu

Par Esther Nsapu,
correspondante dans le Sud-Kivu

Plusieurs ménages rescapés de Chishenyi-Rambira à Bushushu sont sans assistance depuis plus de 3 ans maintenant.

Chishenyi-Rambira est un village situé dans la localité de Bushushu à environ une cinquantaine de kilomètres de la ville de Bukavu, province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo.

Ces rescapés, estimés à plus de 700 ménages, ont dû quitter leur foyer au mois de mai 2014 suite à la crue de la rivière traversant le village. Une crue qui a entraîné la mort de plus de 130 personnes, selon la société civile de Bushushu.

Aujourd’hui, 336 ménages vivent dans des huttes de fortune construites devant le bureau de l’administrateur du territoire de Kalehe tandis que d’autres ont élu domicile dans des familles d’accueil aux alentours du village de Kishenyi où ils vivent dans des conditions tout aussi difficiles.

« Depuis 2014, nous n’avons reçu aucune aide de la part du gouvernement ni des organisations humanitaires. Cette situation que nous déplorons fait que nos enfants n’étudient plus. Nous comptons aujourd’hui plus de 639 enfants qui passent les journées à déambuler et à voler dans les champs des autochtones. Les autorités devraient en premier lieu penser à l’avenir de ces enfants », s’indigne le porte-parole des rescapés M. Namegabe Nechime.

M. Namegabe va plus loin en disant que certaines femmes ont recours à la prostitution pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Morts de faim

Cet absence d’assistance du gouvernement congolais et des organisations humanitaires a causé le décès de 29 personnes au sein des rescapés, parmi lesquels des femmes et les enfants. Parmi ces femmes et ces enfants, 14 sont morts de la faim.

« Nous souffrons beaucoup, nous les femmes rescapées. Nous n’avons même pas les moyens d’accoucher dans des bonnes conditions. Aujourd’hui, nous comptons environ 19 femmes qui ont accouché dans des huttes sans aucune assistance par manque de moyen », explique Vumilia une rescapée.

Contacté, l’administrateur du territoire de Kalehe,  Gerard Kitungano, reconnaît que les rescapés de Bushushu n’ont reçu que des biens de première nécessité les jours qui ont suivi le drame. Depuis, plus rien n’a été fait pour eux.

« Cette situation dépasse mon niveau en tant qu’administrateur. Cependant nous continuons à plaider pour que ces personnes reçoivent de l’assistance et soient délocalisées », poursuit-il.

M. Namegabe, le porte-parole des rescapés, explique encore que lors de son passage sur le lieu du drame à Bushushu, l’ancien gouverneur du Sud-Kivu Marcellin Cishambo avait promis de l’aide mais que rien n’a été fait jusqu’à aujourd’hui.

Il lance donc un SOS aux autorités ainsi qu’aux organisations humanitaires pour qu’elles viennent enfin au secours de ces rescapés.

Que pensez-vous de cet article?