Elections générales au Kenya: l’opposition manifeste, le pays s’enfonce dans l’incertitude

Elections générales au Kenya: l’opposition manifeste, le pays s’enfonce dans l’incertitude

Des milliers de partisans de l’opposition manifestaient mercredi au Kenya alors que le pays s’enfonçait dans l’incertitude politique au lendemain du retrait du chef de file de l’opposition Raila Odinga de l’élection présidentielle du 26 octobre. La controversée Commission électorale (IEBC) a promis d’annoncer d’ici peu « la marche à suivre » après ce nouveau coup de théâtre aux implications incertaines dans la saga électorale kényane. Mais son interprétation des lois et de la jurisprudence risque fort de faire l’objet de critiques acerbes de l’opposition ou du parti au pouvoir, dans un contexte politique de plus en plus polarisé.

M. Odinga estime que son retrait implique l’annulation du scrutin du 26 octobre, organisé en raison de l’annulation en justice de la réélection du président Uhuru Kenyatta le 8 août, et l’organisation d’un tout nouveau processus électoral. Le chef de l’Etat soutient lui que l’élection doit avoir lieu, avec ou sans son principal rival.

A Kisumu et Homa Bay, des bastions de l’opposition situés dans l’ouest du pays, sur les rives du lac Victoria, quelques milliers de partisans de M. Odinga ont chanté « pas de réformes, pas d’élection », après plusieurs manifestations contre l’IEBC organisées ces dernières semaines. Dans le centre de la capitale Nairobi, des manifestants commençaient à se rassembler sous le regard de nombreux policiers anti-émeute.

Saisie par l’opposition, la Cour suprême du Kenya a invalidé le 1er septembre la réélection de M. Kenyatta avec 54,27% des voix, contre 44,74% à M. Odinga, évoquant des irrégularités dans la transmission des résultats et accablant l’IEBC pour sa gestion du scrutin.

Cette décision, une première en Afrique, avait été saluée pour son courage à travers le monde, mais nombre d’observateurs l’avaient qualifiée d' »opportunité à ne pas gâcher » en vue de renforcer de la démocratie kényane.

Plus d’un mois plus tard, les deux camps ont échangé d’innombrables invectives, l’opposition a multiplié les ultimatums et le parti au pouvoir a engagé une procédure accélérée – critiquée par les observateurs internationaux – pour modifier la loi électorale.

Mercredi matin, les députés de la majorité présidentielle ont approuvé le texte qui a été transmis au Sénat, également dominé par le parti Jubilee du président Kenyatta.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.