RDC: les évêques « inquiets »

RDC: les évêques « inquiets »

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a exprimé mardi à Bruxelles son inquiétude face à la détérioration générale de la situation en République démocratique du Congo (RDC), alors que la perspective de tenir dans les délais les élections, prévues en principe d’ici la fin de l’année pour assurer une alternance démocratique, s’éloigne de jour en jour.

« Nous sommes inquiets, nous sommes préoccupés » par la possible non-tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales – prévues « au plus tard en décembre 2017 » en vertu d’un accord conclu à la fin de l’an dernier sous l’égide de l’Église catholique -, a affirmé le président de la Cenco, Mgr Marcel Utembi Tapa, au cours d’une conférence de presse. « Plus on avance (vers cette échéance), plus notre inquiétude augmente », a renchéri le prélat en visite de plaidoyer en Europe à la tête d’une délégation de la Cenco.

Le président congolais Joseph Kabila, dont le second mandat constitutionnel a expiré le 19 décembre dernier, a assuré samedi à la tribune de l’ONU que le cap vers des élections était « définitivement fixé ». Mais aucun calendrier électoral n’a encore été publié, a souligné mardi la délégation de la Cenco.

L’un de ses membres, le père Clément Makiobo, a fait observer que l’enrôlement des électeurs – entamé par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) en juillet 2016 et qui devrait se terminer au mieux à la mi-décembre – se déroulait en dehors du calendrier électoral, alors qu’il est censé en faire partie intégrante.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos