Rwanda: La famille d’une opposante dans le collimateur de la police

Rwanda: La famille d’une opposante dans le collimateur de la police

Par Marie-France Cros

Selon une traduction du kinyarwanda obtenue par La Libre Afrique, la tante maternelle de la candidate à la présidentielle rwandaise non autorisée à se présenter par la commission électorale, Diane Rwigara, a affirmé mercredi à la radio Voice of America, que la famille avait été « enlevée » mardi soir par la police à Kigali.

Selon cette tante, Mme Tabita Gwiza, qui vit au Canada, personne ne sait où sont détenus Diane Rwigara, sa mère, ses deux frères et sa sœur.

Selon le journal de Kigali Igihe, cependant, la police a nié toute arrestation, indiquant que seule une perquisition avait été exécutée au domicile de la famille Rwigara.

Le financier du FPR

Assinapole Rwigara était un des premiers et principaux financiers du FPR (Front patriotique rwandais, au pouvoir). Le millionnaire a disparu en février 2015 dans un accident de la route que sa famille considère comme un assassinat. Le disparu était en conflit avec ses anciens amis lors de son décès; il ne voulait pas céder des parts de ses affaires au FPR, affirme aujourd’hui sa fille Diane, 35 ans. A l’époque, la famille avait demandé au président Paul Kagame, chef du FPR, de diligenter une enquête et de lui octroyer une protection.

La mésentente était cependant ancienne puisqu’en août 2007, le millionnaire avait comparu devant la justice à Nyarugenge (centre de Kigali), après avoir fui son arrestation, le 27 juillet, lors de funérailles. Dix jours plus tôt, trois ouvriers étaient morts et plusieurs avaient été blessés sur un de ses chantiers dans le centre de la capitale et le millionnaire devait en répondre, ainsi que de corruption des instances chargées de l’attribution des parcelles à construire. Les généraux Sam Kaka (ex-chef de l’armée) et Franck Rusagara, très connus au Rwanda, avaient été arrêtés pour avoir permis à Assinapol Rwigara de fuir. Certains des biens de celui-ci avaient été saisis en relation avec cette affaire.

Photos de nus sur internet

En mai dernier, Diana Rwigara, qui a fait ses études aux Etats-Unis, avait annoncé son intention de se présenter à la présidentielle contre Paul Kagame et se disait en faveur d’une plus grande liberté économique et politique pour les Rwandais. Quelques jours plus tard, des photos d’elle dénudée avaient été diffusée sur internet, une humiliation que les commentaires du public, à Kigali, attribuaient à un ancien petit ami, les partisans de la jeune femme à la « peur » du pouvoir de la voir gagner, bien qu’elle n’ait pas de parti politique.

En juillet, la commission électorale a rejeté la demande de Diana Rwigara de participer aux élections, au motif que sur les quelque 800 signatures qu’elle avait réunies pour l’appuyer (la loi en exige 600, réparties dans tout le pays), seules un peu plus de 400 étaient valides.

Tricherie et impôt

Selon la traduction du journal Igihe obtenue par La Libre Afrique, la police de Kigali a nié toute arrestation de la famille Rwigara et a annoncé avoir procédé seulement à une perquisition, en relation avec deux affaires. La première serait l’accusation de la Commission électorale selon laquelle des fausses signatures d’appui ont été jointes au dossier de candidature de Diane Rwigara; la seconde toucherait à des impôts non payés par les sociétés d’Assinapol Rwigara.

Que pensez-vous de cet article?