Katumbi : « Les Angolais, eux, ont pu voter »

Katumbi : « Les Angolais, eux, ont pu voter »

Les résultats officiels sont tombés en Angola, le MPLA présidentiel a remporté les élections sur un score qui dépasse de peu la barre des 61 %. Un scrutin salué par la communauté interntaionale pour sa bonne tenue et un rendez-vous qui va permettre au président Dos Santos de quitter le pouvoir et de remettre les clés du pays à son dauphin, M. Lourenço.

« Pourquoi les Congolais ne pourraient-ils pas avoir la possibilité de passer par les urnes pour choisir librement leur favori dans une élection ouverte et même inclusive? », interroge Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle en République démocratique du Congo et ancien gouverneur de la province du Katanga.

« Ce poste de gouverneur m’a donné l’occasion de travailler avec le Angolais et d’être un observateur attentif du développement de ce pays. Je tiens à féliciter le futur président Lourenço pour sa victoire et celle de son parti », poursuit-il avant d’être encore plus claire dans sa lecture des événements. « Je tiens aussi à féliciter le président Dos Santos qui a décidé de ne pas se représenter. En posant ce geste, il a d’abord pensé à son pays, à sa population. Il a aussi respecté la parole donnée. Il avait dit qu’il ne se représenterait plus et il a tenu son engagement. Chez nous, au Congo, je me souviens des propos du président Kabila nouvellement arrivé à la présidence, il disait à qui voulait l’entendre qu’il ne prolongerait pas, qu’il respecterait la constitution. Aujourd’hui, il sembe avoir au moins perdu la mémoire. Les Angolais ont pu voter, les Congolais ne peuvent être privés de ce droit. « 

Le pouvoir angolais n’est pourtant pas épargné par la critique ?

« Regardez l’évolution de ce pays. Il a traversé une guerre civile qui a duré 25 ans et, aujourd’hui, il est un des moteurs de l’Afrique centrale et même de l’Afrique sub-saharienne. Son budget est plus de dix fois supérieur au budget de notre RDC alors que nous disposons de bien plus de richesses que les Angolais. Notre Congo, lui, ne cesse de dégringoler. L’économie est par terre, les vrais investisseurs ne viennent plus et le peuple congolais est la première victime. C’est lui qui souffre tous les jours un peu plus. Non, vraiment, je répète mes félicitations à MM. Lourenço et Dos Santos pour ces élections et cette victoire. » 

Que pensez-vous de cet article?