Angola: Joao Lourenço, dauphin idéal du président dos Santos

Angola: Joao Lourenço, dauphin idéal du président dos Santos

Un fidèle du régime, un homme du sérail, en bref le dauphin idéal. A 63 ans, le général à la retraite Joao Manuel Gonçalves Lourenço s’apprête à incarner le nouveau visage du pouvoir en Angola au lendemain des élections générales de mercredi. Candidat du Mouvement populaire pour la Libération de l’Angola (MPLA) au pouvoir, l’ex-ministre de la Défense doit, en cas très probable de victoire, succéder au président José Eduardo dos Santos, qui prend sa retraite après trente-huit ans de règne à la tête du pays.

« Joao Lourenço fait partie du premier cercle du pouvoir », résume Didier Péclard, chercheur à l’université de Genève, « c’est un fidèle du parti (…) l’homme du consensus ».

Même s’il a déjà occupé de nombreuses fonctions officielles, ce n’est que ces derniers mois que les Angolais ont véritablement découvert cet homme discret, peu à l’aise sur les estrades.

Depuis les années 1970, tout le parcours de M. Lourenço témoigne de sa loyauté sans faille au parti et de son appétit de pouvoir.

« Cela fait longtemps que je me prépare à cette fonction et que l’on m’y prépare », a-t-il confié en février à l’annonce officielle de sa candidature.

Né le 5 mars 1954 à Lobito (ouest), M. Lourenço a grandi dans une famille très engagée politiquement. Son père, infirmier, a purgé trois ans de prison pour activité politique illégale.

Nourri au marxisme-léninisme, il a étudié l’histoire dans l’ex-Union soviétique, qui a formé pendant la Guerre froide les jeunes figures montantes de la décolonisation en Afrique.

Lourenço rejoint la lutte pour la libération de l’Angola en 1974, après la chute de la dictature au Portugal, et prend part aux combats qui conduiront un an plus tard à l’indépendance.

En 1984, il devient gouverneur de la province de Moxico (est) et entame son ascension dans l’organigramme du parti. D’abord chef de la direction politique de son ancienne branche armée, puis président de son groupe parlementaire et vice-président de l’Assemblée nationale.

Mais ce n’est qu’en 2014 que le général Lourenço ne sort véritablement de l’ombre, lorsqu’il accède au poste de ministre de la Défense.

Sa nomination à la vice-présidence du MPLA en août dernier fait alors rentrer cet apparatchik dans le cercle étroit des dauphins possibles.

Dès les années 90, il avait laissé entrevoir ses prétentions lorsque M. dos Santos avait suggéré qu’il se retirerait.

« Il a annoncé un peu trop tôt ses ambitions pour lui succéder, ce qui lui avait coûté sa place de secrétaire général à l’époque », se souvient M. Péclard, « il n’est revenu qu’après quelques années de purgatoire ».

L’ancien officier semble avoir profité cette fois d’un concours de circonstances favorables.

Soupçonné un temps de vouloir imposer un membre de sa famille ou l’actuel vice-président Manuel Vicente, poursuivi pour corruption au Portugal, M. dos Santos a fini par se ranger à l’avis des autres dirigeants du parti en faisant appel à Joao Lourenço.

« C’est le dauphin idéal de dos Santos », juge Alex Vines, du centre de réflexions britannique Chatham House.

« Il est respecté par les militaires, n’a pas vécu le grand train de nombre d’autres hiérarques et son épouse a une bonne réputation de technocrate qui devrait attirer les suffrages des femmes », ajoute-t-il.

Elle-même ministre de 1997 à 2012, Ana Dias Lourenço a ensuite représenté l’Angola auprès de la Banque mondiale.

Malgré son image de modéré, les adversaires du régime n’attendent rien de neuf de l’arrivée au pouvoir de Joao Lourenço, jugé comme l’homme du système.

« C’est un général dur », estime le journaliste Rafael Marques de Morais. « C’est quelqu’un qui va tenter de s’imposer par la seule force, pas par la diplomatie ou en tentant d’améliorer ce qui ne vas pas », poursuit-il, « mais en étant simplement plus arrogant, ce qui va lui causer très vite des problèmes », pronostique-t-il.

« C’est un militaire, à la mentalité hiérarchique: il donne des ordres, les autres obéissent », abonde Luaty Beirao, rappeur et adversaire du régime.

Tout au long de ses discours de ses discours de campagne, il a affiché une orthodoxie pur jus et assuré qu’il ne comptait pas, au moins dans un premier temps, s’affranchir de la ligne du parti.

« Nous allons continuer le travail qu’Agostinho Neto (premier président de l’Angola indépendant) a engagé dans le passé et que le président Dos Santos a lui-même continué jusqu’à aujourd’hui », a-t-il promis dimanche lors en concluant sa campagne.​

Que pensez-vous de cet article?