RDC: l’armée attribue la responsabilité de l’attentat de Kasindi aux rebelles ADF

RDC: l’armée attribue la responsabilité de l’attentat de Kasindi aux rebelles ADF

L’armée congolaise a attribué lundi aux rebelles des ADF (les Forces démocratiques alliées), affilié au groupe djihadiste Etat islamique, la responsabilité d’un attentat à la bombe commis dimanche dans une église de Kasindi, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Ce sont des ADF-MTM qui sont les auteurs derrière l’attentat de Kasindi qui a fait une dizaine de morts et une trentaine de blessés, a affirmé le porte-parole des opérations militaires Sokola 1 (contre les groupes armés) dans le nord de la province du Nord-Kivu, le capitaine Anthony Mualushay, cité par des médias locaux. 

Le groupe Etat islamique (EI) a pour sa part revendiqué l’attaque qui a fait selon lui « près de vingt » morts, selon le groupe de surveillance des réseaux islamistes Site.

Selon le capitaine Mualushayi, cet « acte terroriste » s’est produit dans une église pentecôtiste (protestante évangélique) de Kasindi, ville frontalière avec l’Ouganda de la province du Nord-Kivu.

L’officier a fait état de dix morts et 39 blessés ainsi que de l’arrestation d’un suspect de nationalité kényane, précisant que des enquêtes étaient en cours.

De son côté, le porte-parole de l’opération militaire ougandaise en RDC, le major Bilal Katamba, a évoqué un bilan de seize morts et de vingt blessés.

Les ADF, rebelles musulmans d’origine ougandaise, sont actifs dans le nord du Nord-Kivu et au sud de l’Ituri, une province voisine de l’est congolais. Ils étaient à l’origine une coalition de groupes armés ougandais, dont le plus important composé de musulmans, opposés au régime du président Yoweri Museveni. Ils sont installés depuis 1995 dans l’est congolais, où ils ont fait souche.

Ils figurent parmi les plus meurtriers des quelque 120 groupes armés présents dans l’est de la RDC, dont beaucoup sont l’héritage des conflits régionaux qui ont éclaté au tournant du XXIe siècle.

Ces groupes cherchent à contrôler des territoires pour des motifs ethniques et/ou pour en extraire les riches ressources du sol, souvent encouragés et financés par les pays voisins.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos