RDC : Merveille Bope Bokadi, future star du Standard

RDC : Merveille Bope Bokadi, future star du Standard

Arrivé la saison dernière en provenance du TP Mazembe avec ses compatriotes Jonathan Bolingi et Christian Luyindama, Merveille Bope Bokadi est aujourd’hui titulaire dans l’équipe du Standard de Liège entraînée par Ricardo Sa Pinto.

À 25 ans, le médian récupérateur présente une trajectoire pour le moins atypique. Très introverti, le jeune homme ne fait jamais parler de lui au point qu’on ignore totalement son parcours. Afin de percer le mystère Bokadi, nous avons retrouvé celui qui l’a découvert à Kinshasa, dans la commune de N’djili, Régis Laguesse, l’homme qui l’a dirigé à l’Académie Katumbi. Le centre de formation des futurs talents de la République démocratique du Congo, fondé par Moïse Katumbi, le patron du TP Mazembe. « Il y a un peu plus de sept ans, le président du TP Mazembe, Moïse Katumbi, m’a sollicité afin d’ériger une académie à Lubumbashi pour les joueurs locaux. Le but était d’alimenter l’équipe première du TP Mazembe mais aussi l’équipe nationale. Il m’a également demandé d’emmener l’équipe U20 du TP Mazembe au tournoi FIFA Blue Stars. Mais cette équipe était encore à construire. Quelques mois plus tôt, j’avais tenté de créer une académie à Kinshasa mais cela n’avait pas abouti. Au cours de cet essai, j’avais découvert Bope. Quand le président Katumbi m’a demandé de créer une équipe, j’ai immédiatement pensé à Bope. Le président de son club (Jack Trésor), Monsieur Ciamala, a rapidement accepté de laisser filer Bope au TP Mazembe en lui disant qu’il allait réussir s’il restait à l’écoute.

À cette époque, le jeune Bokadi, est encore loin d’être le médian défensif rugueux que l’on connaît. “À N’djili, juste à côté de l’aéroport, il évoluait sur un terrain qui n’en était pas un et sur lequel les voitures roulaient durant les matches. Il y jouait en tant que numéro 10 et on le surnommait Zidane (Ndlr : dont il est fan au même titre que Xavi) pour sa technique au-dessus de la moyenne.”

Mais rapidement, Régis Laguesse va donner une autre trajectoire à la carrière du joueur. “Je ne le trouvais pas suffisamment rapide pour être meneur de jeu. Je lui ai suggéré de redescendre au poste de numéro 6 juste avant le tournoi en Suisse. Avec son envergure et sa résistance combinées à ses qualités de passeur, j’étais persuadé qu’il réussirait à ce poste. Il ne l’a ensuite plus jamais quitté.” Au TP Mazembe, Bokadi s’est retrouvé dans un autre monde. “Il jouait sur des terrains sur lesquels des vétérans refuseraient d’évoluer. Quand il est arrivé, on venait tout juste de poser le terrain synthétique, imaginez son émerveillement.”

Après quelques mois de galère, Bokadi intègre le noyau pro du TP Mazembe. “Il n’a jamais plus quitté le onze de base et a rapidement convaincu. J’ai également parlé de Bope au sélectionneur national qui a fait appel à lui peu de temps après. Aujourd’hui, il est un des cadres de l’équipe. Là encore, il s’agit d’une grande fierté car l’équipe nationale du Congo ne compte pas beaucoup de joueurs issus du cru.” Lorsqu’il a croisé la route de Bokadi pour la première fois, Régis Laguesse était loin de se douter que son poulain aboutirait en Europe. “Très sincèrement, je n’y pensais pas. Il était adroit mais ne m’avait pas fait une impression exceptionnelle. Il a véritablement pris son envol en devenant numéro 6.” Aujourd’hui, Régis Laguesse espère que son ancien joueur s’imposera au Standard. “C’est un bon tremplin pour lui. S’il peut y réaliser de bonnes prestations durant deux à trois ans, il pourra alors franchir un palier.”

Que pensez-vous de cet article?