La France et ses partenaires européens se retirent militairement du Mali

La France et ses partenaires européens se retirent militairement du Mali

Poussés dehors par les « obstructions » de la junte au pouvoir à Bamako, la France et ses partenaires européens ont officialisé jeudi leur retrait militaire du Mali au terme de neuf ans de lutte antidjihadiste menée par Paris. « En raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes, le Canada et les Etats Européens opérant aux côtés de l’opération (française) Barkhane et au sein de la Task Force Takuba estiment que les conditions ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel dans la lutte contre le terrorisme au Mali et ont donc décidé d’entamer le retrait coordonné du territoire malien de leurs moyens militaires respectifs dédiés à ces opérations », soulignent-ils dans une déclaration conjointe. 

Paris et ses partenaires souhaitent toutefois « rester engagés dans la région » sahélienne et « étendre leur soutien aux pays voisins du Golfe de Guinée et d’Afrique de l’Ouest » pour contenir la menace djihadiste. Les « paramètres » de cette réorganisation seront arrêtés « d’ici juin 2022 ».

La ministre belge de la Défense, Ludivine Dedonder, a fait savoir jeudi à propos du repositionnement de la force Takuba, que la Belgique allait « étudier comment nous pourrons reconfigurer notre présence au Sahel pour poursuivre la lutte contre le terrorisme et rétablir la sécurité au profit des populations locales. Notre approche se veut globale puisque l’objectif de cette présence militaire est de permettre le rétablissement des services de base aux populations. » Mme Dedonder a également souligné l’importance de poursuivre le travail avec les autres partenaires européens.

Le Mali est la cible de groupes djihadistes qui sévissent aussi dans d’autres Etats sahéliens. Paris et ses alliés sont intervenus pour enrayer la progression des groupes islamistes radicaux menaçant Bamako et ont ensuite mis sur pied une vaste opération régionale, Barkhane, déployant des milliers de soldats pour lutter contre les franchises locales d’Al-Qaïda et du groupe État islamique.

Mais malgré des victoires tactiques, le terrain n’a jamais été véritablement repris par l’Etat malien et ses forces armées.

Facteur aggravant, le gouvernement malien a été renversé lors d’un double coup d’Etat en 2020 et en 2021, aboutissant à l’arrivée au pouvoir d’une junte qui refuse d’organiser des élections avant plusieurs années et qui surfe sur un sentiment antifrançais croissant dans la région.

Quelque 25.000 hommes sont actuellement déployés au Sahel, dont environ 4.300 Français (2.400 au Mali dans le cadre de Barkhane), selon l’Elysée. Le pays accueille aussi 15.000 soldats de l’ONU au sein de la Minusma, dont l’avenir est désormais en suspens puisqu’elle comptait sur un large soutien de Barkhane.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos