Vers une privatisation des infrastructures ayant servi aux VIIIe jeux de la Francophonie

Vers une privatisation des infrastructures ayant servi aux VIIIe jeux de la Francophonie

Selon le ministre Amichia qui était sur le plateau de Radio Côte d’Ivoire pour se prononcer sur le bilan de la participation ivoirienne, cette décision s’inscrit dans la vision du président de la République Alassane Ouattara de confier la gestion de toutes les infrastructures qui, « à défaut d’être rentables, deviennent budgétivores » à des entreprises privées.

Le premier responsable des sports en Côte d’Ivoire pense qu’il est temps d’imaginer un mode de gestion qui permettra à toutes les fédérations, non seulement d’utiliser lesdites infrastructures à leur disposition pour leurs compétitions, mais aussi de les entretenir. Il a annoncé aussi la poursuite de construction et de réhabilitation des infrastructures dans les autres villes du pays et cela, dans le cadre de la nouvelle loi sur le sport votée en 2014.

A l’occasion des VIIIe Jeux de la Francophonie, la ville d’Abidjan a bénéficié de nombreuses infrastructures. Il s’agit de la réhabilitation du stade Félix Houphouët-Boigny du Plateau, du stade Robert Champroux de Marcory, du stade vélodrome et du palais des sports de Treichville, du musée des civilisations et de la bibliothèque nationale du Plateau.

Des constructions d’ouvrages ont eu lieu à savoir une salle polyvalente au parc des sports et une salle de spectacle au canal aux bois à Treichville et de nombreuses réalisations à l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) de Marcory qui a abrité le village des jeux.

La ville d’Abidjan a abrité du 21 au 30 juillet, les VIIIe jeux de la Francophonie qui ont réuni près de 4000 jeunes de 53 pays. La Côte d’Ivoire a terminé la compétition à la 6e place en remportant au total 19 médailles dont 6 en or.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.