Maroc : RSF dénonce l’expulsion de deux journalistes espagnols

Maroc : RSF dénonce l’expulsion de deux journalistes espagnols

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) a condamné jeudi l’expulsion de deux journalistes espagnols qui couvraient les événements dans le Rif, mardi, dénonçant « l’escalade de violations de la liberté de la presse » dans cette région du nord du Maroc.

« Reporters sans frontières condamne l’expulsion du Maroc des journalistes espagnols Jose Luis Navazo et Fernando Sanz, qui ont été déposés sans explication au poste-frontière de Ceuta », enclave sous administration espagnole, le 25 juillet, indique un communiqué de l’ONG de défense de la liberté de la presse.

Jose Luis Navazo, propriétaire du site d’information Correo Diplomatico (Courrier diplomatique) et Fernando Sanz Moreno, qui travaille habituellement à Madrid pour ce média, ont été convoqués mardi dans un commissariat de la ville-frontière de Tétouan, selon le récit de RSF.

Un peu plus tard, dans la soirée, ils ont été déposés au poste frontière sans explication.

Le Rif est secoué par un mouvement de protestation depuis neuf mois.

Au Maroc, le ministre de la Communication, Mohamed Lâaraj, a déclaré au site de l’hebdomadaire TelQuel que les deux journalistes « se sont présentés comme touristes et non comme journalistes, et ont voulu tourner des images alors qu’ils ne disposaient pas d’autorisations de tournage ».

L’expulsion est intervenue le jour de la condamnation d’un journaliste marocain, Hamid El Mahdaoui, à trois mois de prison ferme pour avoir « invité » des personnes à participer à une manifestation interdite à Al-Hoceïma, l’épicentre du mouvement de contestation qui secoue le nord du Maroc, où les deux Espagnols se sont aussi rendus.

Fin mai, les autorités avaient aussi expulsé un journaliste algérien du quotidien Al Watan, pour avoir « effectué une couverture médiatique sans autorisation préalable des autorités concernées ».

Le Maroc, qui a reculé de deux places (133e sur 180 pays) dans le classement mondial de RSF sur la liberté de la presse, continue à « pâtir de nombreux problèmes », d’après RSF.

Jose Luis Navazo est marié à une Marocaine, avec qui il a deux enfants. Il est installé à Tétouan depuis 17 ans.

« Je suis connu des autorités de la région, mes informations présentent toujours toutes les versions des faits, y compris celle du gouvernement », a-t-il dit à RSF en manifestant son incompréhension et en assurant que ni lui ni son confrère n’avaient pris d’images vidéo dans la rue.

RSF de son côté a manifesté sa crainte que le Rif ne devienne « un trou noir en termes d’information ».

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.