RDC : L’appel de Marthe Tshisekedi

RDC : L’appel de Marthe Tshisekedi

Six mois après le décès de son mari, Etienne Tshisekedi, sa veuve appelle le gouvernement congolais à autoriser le retour de la dépouille.

Marthe Tshisekedi n’a jamais cherché l’exposition dans les médias. Si cette femme de l’ombre a décidé de sortir de son mutisme, six mois après le décès de son mari, Etienne Tshisekedi, le 1er février dernier, c’est « parce qu’il mérite de rentrer chez nous et d’être enterré dans la terre de ses aïeux », explique-t-elle à LaLibreAfrique.be, lors d’une brève rencontre à Bruxelles. « Tout le monde à droit à être enterré. Je ne demande rien d’extraordinaire, je veux juste qu’il puisse reposer en paix. Cela fait six mois qu’il est mort et son corps est toujours ici, à Bruxelles. C’est inacceptable. Inacceptable pour sa mémoire. inacceptable pour moi, pour sa famille, le parti et tout en peuple. Il doit pouvoir rentrer au pays ».

Selon vous, qu’est-ce qui bloque ? 

« Le gouvernement. Nous nous sommes mis d’accord pour qu’il soit enterré à la Nsele. C’est à la demande du gouvernement que nous sommes parvenus à ce compromis. La famille biologique a marqué son accord, la famille politique aussi. Il ne manque que la signature du ministre de l’Intérieur. Mais depuis le jour où il aurait dû signer  cet accord, ce Monsieur semble ne pas avoir une seconde pour le faire. Il a certainement beaucoup mieux à faire ».

Pourquoi cette attitude du gouvernement ?

« Demandez-leur. Je ne veux pas faire de politique. Moi, je me bats pour que mon mari puisse être enterré. Qu’il puisse rentrer chez lui, au Congo. »

Vous pensez que le gouvernement craint son retour et les éventuelles agitations que cela pourrait produire ?

« Je ne suis pas à la place de ces messieurs du pouvoir. Je voudrais juste qu’on se souvienne que le 27 juillet 2016, il y a un an jour pour jour, nous sommes rentrés au Congo avec mon mari, Il y avait des millions de personnes qui sont venues sur l’itinéraire du cortège pour le saluer. Ils étaient présents de l’aéroport de N’Djili à notre maison à Limete. Il n’y a pas eu le moindre souci. Quatre jours plus tard, il y a eu un immense meeting à Kinshasa. De nouveau, des millions de Congolais sont venus pour l’écouter sans le moindre souci. La police n’a pas dû intervenir. »

Vous nous  dites donc que le retour de la dépouille d’Etienne Tshisekedi se fera sans tension dans les rues. 

« Pourquoi y aurait-il des violences. Les gens veulent qu’Etienne Tshisekedi soit enterré chez lui. Ils veulent pouvoir saluer sa dépouille, lui rendre un dernier hommage. Ils ne vont pas venir pour tout casser. S’il n’y a pas de provocation, si on nous laisse faire, personne n’a rien à craindre. »

Que pensez-vous de cet article?