Burkina: un probable règlement de comptes entre membres d’un même groupe

Burkina: un probable règlement de comptes entre membres d’un même groupe

La « série d’attaques » qui a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi dans le nord du Burkina Faso paraît être un règlement de comptes entre membres d’un même groupe, selon des sources sécuritaires. Les cinq hommes tués sont d’ailleurs des djihadistes présumés, « membres d’Ansarul islam qui étaient activement recherchés par les forces de défense et de sécurité », selon une source anonyme proche du ministère de la Sécurité, relayée par l’AFP. Deux d’entre eux ont été tués « dans le village de Ndija, dans la commune de Djibo. Deux hommes ont également été abattus à Sibé et un autre tué à Neyda, deux villages de la commune de Tongomael », a déclaré à l’AFP une autre source sécuritaire sous le couvert de l’anonymat.

Le nord du Burkina, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques djihadistes régulières depuis le premier trimestre 2015. Ansarul Islam, dirigé par le prédicateur burkinabè Ibrahim Maalam Dicko, sévit depuis plusieurs mois dans cette région septentrionale. Il avait revendiqué l’attaque le 16 décembre d’un détachement de l’armée à Nassoumbou, également dans la province du Soum, qui avait fait douze morts et traumatisé le pays

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.