RDC: un des leaders du monde en matière de défense des droits de la femme, selon l’ONU

RDC: un des leaders du monde en matière de défense des droits de la femme, selon l’ONU

La secrétaire générale adjointe de l’ONU en charge des violences en période de conflit, Amina Jane Mohammed, a déclaré mardi à Kinshasa que la RDC constitue un exemple, un des leaders du monde par rapport aux prévisions constitutionnelles relatives aux droits de la femme.

Elle fait cette déclaration à l’issue d’une séance de travail que la délégation qu’elle conduit en RDC a eue avec les présidents des deux chambres du parlement , Aubin Minaku de l’Assemblée nationale , et Léon Kengo wa Dondo du Sénat.

Pour les Nations Unies, la RDC, après les Etats Unis, le Rwanda et d’autres, est quatrième pays au monde, un des Top 5 sur 193 pays en matière des droits et de l’égalité de l’homme et de la femme.

Mme Amina J. Mohammed a encouragé, à ce sujet, la RDC à aller de l’avant dans la voie de la protection des victimes des violences sexuelles, en dépit des défis « énormes auxquels le pays fait face». Dans ce contexte, les Nations Unies sont prêtes à apporter leur appui concernant des réformes dans ce domaine et pour combattre les violences sexuelles.

Dans ce cadre, les Nations Unies trouvent le rôle très important du parlement pour aider le gouvernement à initier de lois qu’il faudra mettre en œuvre. L’Onu est très heureuse de soutenir les aspirations et les priorités du peuple congolais.

A cette occasion, le président Aubin Minaku a peint le tableau l du parlement de la RDC, un pays aux dimensions continentales avec ses 9 voisins. Il a évoqué la transition électorale et des fondamentaux de l’Etat en train d’être établis, avant de parler des prochaines élections pour lesquelles 35 millions d’électeurs sur les 45 millions attendus ont déjà été enrôlés, avec le soutien logistique de la Monusco. L’optimisme est permis, notamment avec la signature de l’Accord du 31 décembre 2016 et l’installation du CNSA, qui va devenir définitive avec la loi organique qui sera adoptée par le parlement au mois de septembre.

Concernant, l’intégration de la femme dans le processus électoral, les dispositions légales sont contraignantes.

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en RDC, Maman Sidikou, et d’autres responsables onusiens dont le directeur exécutif de l’Onu-Femme ont pris part à cette rencontre.

Que pensez-vous de cet article?