Les forêts tropicales de montagne d’Afrique stockent plus de CO2 qu’attendu

Les forêts tropicales de montagne d’Afrique stockent plus de CO2 qu’attendu

Les forêts tropicales intactes des montagnes d’Afrique contiennent environ 150 tonnes de carbone par hectare, selon une étude internationale, publiée mercredi dans Nature. Les forêts de montagne africaines stockent plus de carbone par unité de surface que la forêt amazonienne. Le rôle de ces forêts dans la régulation du climat mondial est donc fortement sous-estimé. Malheureusement, la déforestation entraine la disparition rapide de certaines d’entre elles. L’équipe internationale, qui comprenait deux scientifiques du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren, a mesuré 72.000 arbres dans 44 zones montagneuses de 12 pays africains, de la Guinée à l’Éthiopie et plus loin au sud jusqu’au Mozambique. Dans chaque zone, ils ont enregistré le diamètre, la hauteur et l’espèce de chaque arbre dans des parcelles de recherche délimitées. Selon les chercheurs, une meilleure connaissance de la quantité de carbone stockée par les forêts de montagne est particulièrement importante pour les dix pays africains qui ne possèdent que des forêts tropicales en zone de montagne.

« Les résultats sont surprenants, car on s’attendrait à ce que le climat de montagne n’engendre que des forêts à faible teneur en carbone. Les températures plus basses et les longues périodes nuageuses ont plutôt tendance à ralentir la croissance des arbres. De plus, les vents violents et les pentes raides et instables peuvent empêcher les arbres de grandir trop, car ils tombent et meurent », explique l’auteure principale de l’étude, le Dr Aida Cuni-Sanchez, du département de l’environnement et de la géographie de l’université de York et de l’université norvégienne des sciences de la vie.

Les chercheurs ont constaté qu’en Afrique, contrairement aux autres continents, la quantité de carbone par unité de surface était la même dans les forêts de plaine et de montagne. « Contrairement à ce que nous supposions, les grands arbres (d’un diamètre supérieur à 70 cm) sont également abondants dans les forêts de montagne. Ce sont ces grands arbres qui stockent beaucoup de carbone ».

« Il est possible que la présence de grands herbivores, tels que les éléphants, joue un rôle important dans l’écologie de ces forêts. Les grands animaux dispersent les graines et les nutriments, et mangent les petits arbres, créant ainsi de l’espace pour que d’autres puissent se développer plus, mais cela nécessite des recherches plus approfondies », ajoute Aida Cuni-Sanchez.

Les forêts tropicales de montagne intactes en Afrique contiennent environ 150 tonnes de carbone par hectare. Cela signifie qu’un hectare de forêt compense les émissions de CO2 engendrées par l’approvisionnement en électricité de 100 maisons pendant un an, selon l’étude.

L’équipe s’est également intéressée à la surface de forêt tropicale de montagne qui a disparu en Afrique au cours des 20 dernières années. Environ 800.000 hectares de forêt ont été coupés, principalement en République démocratique du Congo, en Ouganda et en Éthiopie, relâchant plus de 450 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Au rythme actuel de la déforestation, 500.000 d’hectares supplémentaires seront perdus d’ici 2030.

« Ces forêts ne sont pas seulement importantes pour la biodiversité et la régulation du climat, elles approvisionnent également en eau des millions de personnes en aval. Cependant, depuis les années 2000, environ 5 % des forêts tropicales de montagne en Afrique ont été défrichées. Dans certains pays, ce chiffre grimpe jusqu’à plus de 20 % », a déclaré le co-auteur, Wannes Hubau, du Musée royal de l’Afrique centrale et professeur à l’UGent.

Que pensez-vous de cet article?