En RDC: Kinshasa respire, Lubumbashi sévit

En RDC: Kinshasa respire, Lubumbashi sévit

Photo: Contrôle de la température par des agents du HCR, le 21 janvier 2021 à Ndu, dans la province du Bas-Uélé, en RDC. afp.com – ALEXIS HUGUE

Les autorités congolaises ont noté une amélioration globale de la situation sur le front de l’épidémie de Covid-19, à Kinshasa notamment, mais pas à Lubumbashi où le non port du masque sera passible à partir de lundi de sept jours de prison, a-t-on appris dimanche de sources officielles. « Nous avons constaté une baisse sensible des cas de Covid-19 sur l’étendue du territoire, surtout dans la ville province de Kinshasa, avec quelques hausses en province », au Haut-Katanga, au Lualaba, au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, dans le sud et l’est du pays, a indiqué le ministre de la Santé, Jean-Jacques Mbungani, après une réunion du « comité multisectoriel de riposte contre la pandémie de Covid-19 » présidée vendredi par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde.

Un rapport d’experts attestant de cette baisse a été remis au chef du gouvernement, « qui va échanger avec le chef de l’Etat afin que des mesures idoines soient prises », a-t-il ajouté, selon un communiqué diffusé par les services du Premier ministre.

Concernant en particulier la capitale administrative Kinshasa, « la 3e vague est en régression constante et nous pouvons dire qu’elle est derrière nous », a déclaré à la presse le professeur Jean-Jacques Muyembe, chef des experts chargés de la lutte contre la pandémie. « Mais nous devons être vigilants, continuer à porter le masque correctement et nous faire vacciner quand le pays aura reçu les vaccins qu’on attend », a-t-il ajouté.

En revanche, la capitale économique, Lubumbashi, connaît une « résurgence de la pandémie », note son maire, Ghislain Robert Lubaba Buluma, dans un arrêté pris samedi et annonçant de nouvelles mesures de prévention.

Parmi elles, « l’accès au centre-ville est désormais conditionné par le port de masque », rendu obligatoire dans tous lieux accueillant du public. Des « check-points » seront mis en place pour faire respecter cette mesure dès lundi. Tout contrevenant « se verra infliger 7 jours d’emprisonnement et une amende de 15.000 francs congolais », soit environ 6 euros, stipule l’arrêté.

Que pensez-vous de cet article?