Dans l’est de la RDC, les sciences héritées de la colonisation tiennent tête à la guerre

Dans l’est de la RDC, les sciences héritées de la colonisation tiennent tête à la guerre

Photo: Bibliothèque du Centre de recherche en sciences naturelles (CRSN) de Lwiro, près de Bukavu, en RDC, le 3 août 2021. Crédit: Afp

Chercheurs et étudiants s’affairent en silence, quelques visiteurs déambulent dans les jardins et cloîtres, l’ambiance est studieuse dans la bibliothèque lambrissée de bois exotique… Le Centre de recherche en sciences naturelles (CRSN) de Lwiro, dans l’est troublé de la République démocratique du Congo (RDC), semble hors du temps, comme un miracle que la guerre n’a pas mis à terre.

Perché sur les hauteurs à 45 km à l’ouest de Bukavu, ce centre aux allures d’hacienda a été créé en 1947, à l’époque de la colonisation belge, et continue de fonctionner contre vents et marées, tant bien que mal.

On y étudie la biologie, la géophysique, l’environnement terrestre et aquatique, la nutrition… Le responsable du département de la documentation du centre, Anicet Bahidika, évoque avec fierté les trésors dont il regorge par milliers, livres anciens, objets d’art, spécimens naturels…

Pourtant, le quotidien de l’institution et des centaines d’agents qu’elle emploie se décline aussi en difficultés de toutes sortes.

« Nous avons été victimes d’abord des multiples guerres » qui sévissent dans cette région depuis le milieu des années 90, constate calmement M. Bahidika, rencontré  dans son bureau du CRSN par un photographe de l’AFP. Le centre n’a pas été pillé, mais souvent les combats sont arrivés à ses portes, et depuis toutes ces années la bibliothèque ne reçoit plus de nouveaux ouvrages.

Il continue: « nous avons été victimes des tremblements de terre » qui ont rayé des villages de la carte, faisant s’écrouler des centaines de maisons ou les rendant inhabitables.

« Nous n’avons pas de moyens de transport », les seuls véhicules disponibles étant anciens, hérités d’ONG passées par-là. Pas de soins médicaux non plus, des salaires de misère, des « coupures de courant à tout moment », pas de réactifs pour les labos… Et pour finir, « ici, il n’y a pas d’internet. C’est un problème », explique M.  Bahidika.

Un homme consulte un livre dans la bibliothèque du Centre de recherche en sciences naturelles (CRSN) de Lwiro, à 45 km de Bukavu, capitale du Sud Kivu en RDC, le 3 août 2021. Crédit: AFP

Que pensez-vous de cet article?