RDC: l’état de siège prolongé de deux semaines en Ituri et au Nord-Kivu

RDC: l’état de siège prolongé de deux semaines en Ituri et au Nord-Kivu

Le Sénat congolais a voté mercredi en faveur d’une nouvelle prorogation de l’état de siège décrété en mai par le président Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu (est de la République démocratique du Congo), au lendemain d’une décision similaire de l’Assemblée nationale, ont rapporté des médias locaux. Cet état de siège, une mesure dont l’utilité est régulièrement mise en doute par la société civile, est censée mettre un terme aux activités des multiples groupes armés qui terrorisent la population dans ces deux provinces en proie aux troubles depuis plus de vingt ans, dont les rebelles des ADF (Forces démocratiques alliées).

Au cours d’une séance plénière tenue par visioconférence en raison de la pandémie de coronavirus, les sénateurs ont autorisé pour la cinquième fois consécutive la prolongation de l’état de siège pour 15 jours, à dater de ce mercredi.

« Sur 80 participants à la séance plénière d’aujourd’hui, 78 sénateurs ont voté pour, deux sénateurs ont voté contre, aucune abstention. Par conséquent, le Sénat adopte le projet de loi portant prorogation de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu », a déclaré le président de la chambre haute du parlement, Modeste Bahati Lukwebo, cité par le site d’infomation Actualité.cd.

L’Assemblée nationale avait voté mardi le même projet de loi prolongeant l’état de siège dans l’Ituri et le Nord-Kivu à l’issue d’une séance plénière d’évaluation à huis clos de la mesure exigée par les élus de ces deux provinces.

Se confiant à la radio onusienne Okapi sous le couvert de l’anonymat, quelques députés ont indiqué que l’état de siège avait été confronté à l’impréparation et au sabotage.

Impréparation parce qu’aucune administration militaire, aucune étude stratégique n’a été menée préalablement, ont-ils expliqué, soulignant également l’absence de moyens financiers et militaires pour mener à bien les opérations de traque des groupes armés.

Selon ces députés, plus de vingt millions de dollars ont en outre été détournés.

Au moins neuf officiers des Forces armées de la RDC (FARDC) ont été arrêtés fin juillet en Ituri sous l »accusation de détournement des fonds destinés à la lutte contre les groupes armés dans cette province.

La loi votée par les deux chambres du parlement doit être promulguée ce mercredi par le chef de l’Etat. Le gouvernement congolais justifie cette prorogation par le fait qu’après près de 90 jours sous état de siège,  des signaux encourageants sont enregistrés sur le terrain.

Le président Tshisekedi a remplacé des autorités civiles par des officiers de l’armée et de la police.

Que pensez-vous de cet article?