RDC: trois officiers soupçonnés de pratiques mafieuses interpellés en Ituri

RDC: trois officiers soupçonnés de pratiques mafieuses interpellés en Ituri

Trois officiers supérieurs soupçonnés de pratiques mafieuses sur le terrain des opérations dans le nord-est de la République démocratique du Congo ont été interpellés, a appris l’AFP auprès du parquet militaire. « Nous avons interpellé trois officiers supérieurs soupçonnés de gonflement d’effectifs des militaires en Ituri », dans le Nord-Est, a déclaré à l’AFP le colonel Joseph Makelele Mukenge, procureur militaire dans cette région.

« Le président de la République a évoqué le problème de la mafia, des magouilles au sein des Forces armées, et nous devons frapper fort pour remettre de l’ordre » dans l’armée, a-t-il ajouté.

Le procureur s’est abstenu de révéler la hauteur de chiffres majorés, ni les noms et les grades des officiers interpelés, en évoquant le secret de l’instruction.

Par contre, deux autres responsables militaires ont été arrêtés et « poursuivis pour perte d’armes de guerre », a-t-il indiqué.

Le procès de ces deux derniers, le colonel Jean-Lambert Munano Munangara et l’adjudant Bienvenu Ngwanga Podolo, s’ouvre vendredi à Bunia, selon la fiche d’audience consultée mercredi par l’AFP.

Le 19 juin, lors d’une visite à Bunia, le président Félix Tshisekedi avait dénoncé des pratiques mafieuses et des « magouille » au sein des Forces armées et des institutions congolaises.

« Il s’est développé la mafia dans l’armée, dans nos institutions », qu’il faudrait « détricoter patiemment », avait-il déclaré.

Située à la frontière de l’Ouganda, la province aurifère de l’Ituri a replongé dans les violences depuis décembre 2017.

Depuis, des opérations militaires s’y déroulent, sans pour autant mettre fin à ces violences imputées majoritairement aux miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) et qui ont fait plusieurs centaines de morts.

Comme la province voisine du Nord-Kivu, l’Ituri est placé en état de siège depuis le 6 mai par M. Tshisekedi, qui y a aussi remplacé les autorités civiles par des officiers de l’armée et de la police.

Dans cette région, quelque 120 groupes armés d’importance diverse ont été répertoriés, d’après le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST).

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos