L’ONU exige de la Centrafrique « des mesures » pour garantir la sécurité des Casques bleus

L’ONU exige de la Centrafrique « des mesures » pour garantir la sécurité des Casques bleus

Le Conseil de sécurité de l’ONU a réclamé lundi à la Centrafrique et « à toutes les forces présentes » dans ce pays de « prendre toutes les mesures appropriées pour renforcer la sécurité » de sa mission de paix Minusca, sur fond de tensions croissantes entre Paris et Bangui.

Dans cette déclaration approuvée à l’unanimité lors d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité initiée par la France et ses membres africains (Kenya, Niger et Tunisie), la plus haute instance onusienne souligne la nécessité d’une coordination entre les Casques bleus et les forces présentes sur le terrain.

Le Conseil n’identifie pas ces forces dans sa déclaration mais semble viser de manière implicite le contingent de plus d’un millier de militaires russes qualifiés d' »instructeurs » par Moscou, et plusieurs centaines de mercenaires du groupe privé russe Wagner déployés en Centrafrique.

Il ne détaille pas non plus ce qui a provoqué sur le terrain cette réunion soudaine du Conseil de sécurité, se bornant à rappeler que « des attaques contre des Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre ».

Selon un diplomate s’exprimant sous couvert d’anonymat, « la Minusca a été la cible d’entraves et d’attaques médiatiques sur le terrain ».

Fin mai, le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, qui s’est rendu la semaine dernière en Centrafrique, avait évoqué lors d’une rencontre avec des médias des « incidents » survenus récemment entre des Casques bleus et d’autres forces sur le terrain, sans en préciser la nature.

Lors de sa réunion, le Conseil de sécurité a bénéficié d’un exposé du chef de la mission de l’ONU en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, mais rien n’a filtré de son propos.

– Embargo sur les armes –

Au cours de leur rencontre, « les membres du Conseil de sécurité ont fermement condamné les violations des droits humains et les abus et violations du droit international humanitaire en République centrafricaine, et souligné la nécessité de traduire en justice leurs auteurs », indique leur déclaration rédigée par Paris.

« Ils ont appelé toutes les parties à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et à garantir un accès humanitaire sûr et sans entrave », ajoute-t-elle.

Ex-puissance coloniale, la France a annoncé lundi avoir gelé son aide budgétaire à la Centrafrique et suspendu sa coopération militaire avec ce pays, accusé d’être « complice » d’une « campagne de désinformation massive » antifrançaise téléguidée par les Russes.

Chargée du dossier centrafricain à l’ONU, la France est soumise depuis l’an dernier à une très forte pression en Centrafrique, mais venant aussi d’autres pays, pour une levée de l’embargo sur les armes imposé à Bangui depuis 2013 et qui arrive à échéance le 31 juillet.

Dans une lettre récente au Conseil de sécurité, publiée lundi par l’ONU, l’Angola, le Congo-Brazzaville et la Centrafrique lui ont à nouveau réclamé une réunion spéciale, avec la participation des présidents angolais et congolais, pour obtenir une levée de cet embargo. Une précédente demande en février était restée lettre morte.

La Centrafrique, pays de 4,5 millions d’habitants classé parmi les plus pauvres du monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé par la rébellion de la Séléka. Dans ce pays où l’Etat ne contrôle qu’une maigre partie du territoire, les groupes armés s’affrontent pour le contrôle des ressources (diamants, or, bétail…).

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos