Ceuta: l’Espagne appelle le Maroc au respect des frontières

Ceuta: l’Espagne appelle le Maroc au respect des frontières

L’Espagne a appelé lundi le Maroc à respecter leurs frontières communes après l’entrée la semaine dernière de plus de 8.000 migrants dans l’enclave de Ceuta, dont un millier de mineurs qui s’y trouvent encore selon les autorités.

La brusque arrivée de ces milliers de migrants dans l’enclave, rendue possible par la passivité des contrôles frontaliers côté marocain, a « provoqué une crise sans précédent ces dernières années entre l’Union européenne et le Maroc », a déploré le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez lors d’un sommet européen à Bruxelles.

« La relation entre l’UE et le Maroc, entre l’Espagne et le Maroc, est stratégique (…) mais elle doit reposer sur deux piliers fondamentaux », a-t-il déclaré dans des propos retransmis par les chaînes espagnoles.

« Le premier est la confiance et le second est le respect, en l’occurrence, le respect des frontières de l’Europe, des frontières de l’Espagne à Ceuta et Melilla », deux villes espagnoles enclavées sur la côté méditerranéenne du Maroc, selon lui.

« Nous devons toujours rappeler au Maroc qu’il n’a pas de meilleur ou de plus grand allié au sein de l’UE que l’Espagne pour défendre les intérêts stratégiques qui comptent pour lui », a insisté M. Sanchez.

Le Maroc veut une enquête « transparente » sur l’entrée en Espagne du chef du Polisario

– Affrontements avec la police-

La tension reste vive à Ceuta même, où quelque 300 personnes ont manifesté lundi à l’extérieur d’un hôtel où le chef de file du parti d’extrême droite Vox, Santiago Abascal, avait organisé un rassemblement lundi.

Initialement prévu en ville, le meeting de M. Abascal, connu pour ses prises de positions anti-immigration, avait été annulé par la délégation du gouvernement espagnol à Ceuta, et a finalement eu lieu à l’intérieur de l’hôtel.

« Ce n’était pas le moment d’envenimer encore la situation » à Ceuta, a justifié la délégation.

Les manifestants ont lancé des pierres, accusant M. Abascal d’être un « provocateur » alors qu’il tentait de quitter l’hôtel par la porte de derrière, provoquant des affrontements avec la police.

« Plusieurs policiers ont été blessés, deux personnes ont été arrêtées, il y a eu des dégâts causés sur des voitures de police et du mobilier urbain », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la délégation.

Environ un millier de migrants mineurs se trouvaient par ailleurs encore lundi dans l’enclave espagnole de Ceuta, selon les autorités espagnoles.

Ces mineurs non accompagnés errent dans les rues ou sont hébergés dans des centres gérés par les autorités locales, qui doivent étudier chaque cas pour décider d’un renvoi vers le Maroc ou d’un maintien en Espagne.

Un porte-parole du ministère espagnol de l’Intérieur a estimé à « autour de mille » le nombre de ces mineurs. Il a rappelé qu' »entre 8.000 et 9.000″ migrants, un chiffre sans précédent, étaient entrés en début de semaine dernière à Ceuta.

Pour leur part, les autorités de Ceuta avaient même évoqué le chiffre de 10.000 personnes. La ville a une population d’environ 85.000 habitants.

Quelque 7.500 personnes ont été renvoyées vers le Maroc, a déclaré à l’AFP ce porte-parole de l’Intérieur. Mais il n’a pas précisé combien de mineurs étaient déjà repartis pour le Maroc. Plusieurs ONG ont rappelé que des mineurs ne pouvaient pas être refoulés sans un examen préalable détaillé de leur situation.

Deux migrants étaient morts par noyade en tentant de rallier Ceuta, alors qu’un jeune Marocain qui avait tenté de se pendre vendredi avait été sauvé de justesse.

Par ailleurs, un mineur a subi dimanche une fracture de la jambe, a annoncé la police espagnole dans un communiqué.

Rabat est furieux après Madrid depuis l’arrivée le mois dernier en Espagne, pour y être soigné, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, ennemi juré du Maroc.

Sur ce sujet, le ministre espagnol de la Justice, Juan Carlos Campo, a estimé lundi lors d’un forum économique que la crise avec le Maroc était en voie de résolution.

Trente migrants parviennent à entrer du Maroc à Melilla

Que pensez-vous de cet article?