Le Portugal assume son passé colonial même s’il n’est pas « toujours bien »

Le Portugal assume son passé colonial même s’il n’est pas « toujours bien »

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré mardi à Bissau que son pays « assume pleinement » son passé colonial « y compris dans ce qui n’était pas positif », lors d’une visite dans cette ancienne colonie portugaise. C’est depuis 31 ans la première visite d’un président portugais en Guinée-Bissau, pays ouest-africain qui a mené une guerre pour l’indépendance, obtenue en 1974 sous la bannière du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC).

Le Portugal est un pont entre les cultures et « il l’a fait tout au long de son histoire, pas toujours bien, souvent mal », a dit le dirigeant portugais, arrivé lundi soir à Bissau pour une visite de 24 heures, après un séjour au Cap-Vert.

Il a visité mardi à Bissau un cimetière où sont enterrés une centaine de soldats portugais morts pendant la guerre d’indépendance et a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de Amilcal Cabral, dirigeant du PAIGC assassiné en 1973 à Conakry.

Il s’est notamment entretenu avec le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo

Que pensez-vous de cet article?