Affaire Paul Rusesabagina: la Belgique réclame un procès juste pour le héros d' »Hôtel Rwanda »

Affaire Paul Rusesabagina: la Belgique réclame un procès juste pour le héros d' »Hôtel Rwanda »

La ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès a réclamé auprès de son homologue rwandais Vincent Biruta, qu’elle recevait lundi à Bruxelles, un procès « juste, équitable et transparent » pour Paul Rusesabagina, le héros du film « Hôtel Rwanda » jugé depuis mi-février à Kigali pour terrorisme. La Belgique est inquiète du fait que M. Rusesabagina n’a manifestement pas été en mesure de préparer correctement sa défense au vu, notamment, du temps qui lui a été imparti et du non-respect de la confidentialité des documents échangés avec ses avocats, ont indiqué les Affaires étrangères dans un communiqué.

Sophie Wilmès a aussi répété la demande de la Belgique de donner la possibilité à M. Rusesabagina de rencontrer son avocat belge dans le cadre des procédures en cours actuellement en Belgique, ce qui n’est toujours pas possible en ce moment. « La Belgique continuera à suivre la situation comme elle l’a toujours fait depuis le début » a ajouté la vice-Première ministre MR.

Le Belgo-Rwandais n’a pas comparu mercredi dernier à son procès et a informé les autorités pénitentiaires qu’il n’assisterait plus aux audiences, estimant que son droit à se défendre était bafoué.

Ex-directeur de l’hôtel des Mille Collines à Kigali, M. Rusesabagina, 66 ans, a été rendu célèbre par un film de 2004 racontant comment il avait sauvé plus de 1.000 personnes durant le génocide rwandais. Ce hutu modéré était ensuite devenu un critique du régime du président rwandais Paul Kagame.

Vivant en exil depuis 1996 aux États-Unis et en Belgique, il a été arrêté fin août au Rwanda dans des circonstances troubles, à la descente d’un avion qu’il pensait être à destination du Burundi. Lui et ses avocats dénoncent « un enlèvement ».

Dans une interview à Al-Jazeera fin février, le ministre rwandais de la Justice avait indiqué que le gouvernement avait financé l’opération.

Paul Rusesabagina est visé par neuf chefs d’accusation, dont celui de terrorisme. Il est notamment poursuivi pour avoir soutenu le Front de libération nationale (FLN), un groupe rebelle accusé d’avoir mené ces dernières années des attaques meurtrières au Rwanda.

Rusesabagina a admis avoir participé à la création du FLN, considéré comme le bras armé du Mouvement rwandais pour le changement démocratique (MRCD) qu’il a fondé en 2017. Mais il a nié toute implication dans leurs attaques.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos