Rwanda/RDCongo: Rusesabagina a revendiqué des attaques terroristes

Rwanda/RDCongo: Rusesabagina a revendiqué des attaques terroristes

La Haute Cour de Kigali pour les crimes internationaux et transfrontaliers a poursuivi jeudi l’audition des procureurs accusant Paul Rusesabagina d’avoir eu pleine connaissance des actes de terrorisme commis par des membres de groupes armés appartenant à la coalition d’opposition qu’il présidait jusqu’à son arrestation, en août dernier. L’ex-gérant de l’hôtel Mille Collines, naturalisé belge, est poursuivi avec 20 autres membres de son MRCD/FLN; ils sont accusés d’attaques armées ayant fait 9 morts et des destructions en 2018 et 2019.

Paul Rusesabagina était absent de l’audience : il continue à boycotter le procès parce que la Haute Cour a refusé de le postposer de six mois.

Conversations en ligne

Les procureurs ont évoqué une conversation en ligne (chat) du 29 janvier 2019 entre Paul Rusesabagina et le général Antoine Hakizimana, dit Geva, commandant FLN pour la région nord. Ce dernier fait au premier un rapport détaillé sur des combats entre FLN et l’armée congolaise, appuyée par l’armée rwandaise, près de Katalé (Kivu), au Congo ; il y mentionne leurs pertes et celles de leurs adversaires. Geva ajoute qu’ayant dû abandonner leurs récoltes, ils doivent acheter leur nourriture et ont besoin d’argent. Rusesabagina répond le même jour en félicitant le général pour son rapport détaillé, l’encourage à continuer sur la même voie et assure faire tout ce qu’il peut pour trouver des fonds.

Selon les procureurs, l’accusé a admis que le numéro de téléphone utilisé pour cet échange était bien de son numéro belge, même s’il y apparaît sous le pseudo “Pas besoin”.

Les procureurs évoquent aussi des échanges – auxquels participe l’accusé – au sein d’un groupe whatsapp MRCD, par lesquels le trésorier FLN, Eric Munyemana, explique que les coffres sont vides alors que “les fermiers” ont besoin d’argent pour acheter de la nourriture, “des outils” et des médicaments ; il ajoute avoir déjà envoyé 150.000 dollars mais que les donateurs sont fatigués et qu’il faut en trouver de nouveaux.

Les procureurs déduisent de ces conversations que Rusesabagina était parfaitement au courant de ce qui se faisait sur le terrain.

Revendications des attaques

Evoquant des attaques meurtrières à Nyamagabe et Nyaruguru, revendiquées le 21 mars 2019 par le FLN en invitant étrangers et Rwandais à ne plus utiliser la route de la forêt de Nyungwe, désormais “zone rouge”, les procureurs indiquent que Rusesabagina a repris le même appel le 30 avril 2019. Il y invitait à éviter la “zone rouge” susceptible d’être attaquée. Il l’a fait dans le but de créer la panique dans la population et chez les touristes, indiquent les procureurs, qui y voient la preuve que l’accusé est bien coupable de “crime comme acte de terrorisme”.

Un rapport de l’administration locale de Nyabimata (district de Nyaruguru), relatant le rapt d’au moins six personnes par les combattants FLN, pour les forcer à porter le fruit de pillages, est considéré par les procureurs comme la preuve que les accusés ont utilisé “le rapt comme acte de terrorisme”.

Enfin, les vols, par les combattants FLN, d’argent, de téléphones portables, de bétail et de nourriture à des civils vivant au sud et à l’ouest du pays, justifie l’accusation de “vol à main armée comme acte de terrorisme” également portée contre Rusesabagina.

Rwanda: le procureur détaille le financement de terrorisme par Paul Rusesabagina

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos