Rwanda: « on a protégé les génocidaires », raconte un ex-officier français

Rwanda: « on a protégé les génocidaires », raconte un ex-officier français

Lui a refusé de se taire. Guillaume Ancel, ancien officier au Rwanda, a publié en 2018 son livre « Rwanda, la fin du silence », dans lequel il raconte son expérience et dénonce ce qu’il assure être les mensonges de l’Etat français.

Au lendemain de la publication du rapport Duclert, qui met en lumière les « responsabilités lourdes et accablantes » de Paris mais écarte une complicité de génocide, il raconte son histoire à l’AFP. Lorsqu’il arrive à Kigali en 1994 au sein de l’opération Turquoise, officiellement présentée comme une mission humanitaire, il est capitaine d’artillerie, détaché au sein d’une unité de la Légion étrangère pour guider les frappes aériennes.

QUESTION : Quand avez-vous eu la conviction que Turquoise n’était pas strictement humanitaire ?

REPONSE : La question s’est posée dans le sens inverse: je suis parti pour une mission offensive, pour mener un raid jusqu’à Kigali. Donc je pars faire la guerre au Rwanda. Et je suis mal à l’aise quand j’arrive, d’abord parce que j’entends qu’on parle de mission humanitaire, ensuite parce qu’on n’est pas du bon côté: notre ennemi c’est le FPR (Front patriotique rwandais de Paul Kagamé, ndlr), pas les génocidaires. J’ai imaginé les troupes françaises qui débarquent en Provence en 1944 et se retrouvent du côté des nazis ! L’armée gouvernementale nous reçoit comme des amis et voudrait qu’on les aide à finir le travail. Ils ont du sang jusqu’au cou et ils s’en vantent !

Q: Vous êtes le seul à réagir comme ça ?

R: J’ai commencé comme observateur au Cambodge, j’ai guidé les frappes aériennes à Sarajevo: je suis obligé de prendre de l’altitude. C’est mon logiciel, je n’écoute jamais trop les discours officiels. Mais mes camarades sont dans l’action. Ils n’ont pas une minute pour se poser. Et à aucun moment je ne leur dis que quelque chose ne va pas. Je n’en ai pas encore conscience.

Q: Ensuite ?

R: La France change d’attitude et passe le message à l’armée rwandaise qu’on ne viendra pas se battre avec elle. Ils étaient vraiment persuadés que c’est ce qu’on venait faire… Et quand on créé la Zone humanitaire sûre (ZHS), on voit se réfugier toutes les unités des forces armées rwandaises. C’est une blague ? On est en train de leur offrir un havre de paix ? Le commandant m’explique qu’on lui a demandé d’escorter à la frontière du Zaïre (devenu RD Congo, ndlr) les membres du gouvernement, les génocidaires. On a envie de les arrêter mais on a ordre de les escorter à la frontière. Il y a la nausée qui monte et les ONG qui nous posent des questions. Et là j’assiste à une livraison d’armes. On me demande de détourner l’attention des journalistes pendant que le convoi d’armes part.

Q: Où allez-vous après le Rwanda ?

R: Je prépare une mission à Sarajevo. La fumée commence à se dissiper et on comprend ce qui s’est passé. Étrangement, la parole est très libre au sein de l’armée. On a des discussions dures. On m’a juste interdit d’en parler à l’extérieur. En 1998, j’apprends qu’il y a une mission parlementaire présidée par Paul Quilès et j’ai envie d’être entendu. Le ministère m’appelle et me dit que si je veux parler, je dois quitter l’armée. J’aurais pu démissionner à ce moment-là, mais j’ai eu le sentiment qu’ils ne posaient pas les bonnes questions et que cette mission ne servait à rien. J’ai quitté l’armée en 2005, sans contentieux avec l’armée.

Q: Qu’est ce qui déclenche la rédaction du livre ?

R: Il y a un colloque présidé par Paul Quilès auquel je participe. Et lorsqu’il entend mon témoignage, il me recommande de ne pas troubler l’image qu’ont les Français de notre intervention au Rwanda. Il m’a fallu 20 ans pour comprendre que ce qu’on avait fait n’était pas bien et que les décideurs politiques n’avaient pas l’intention d’assumer. Peu de temps après, on m’a menacé en me disant que ce serait mieux que je ne perde pas mon travail. Mais j’ai trouvé inacceptable que les Français ne sachent pas ce qu’on a décidé en leur nom. Je me suis mis en tête d’écrire mon témoignage, publié en 2018.

Q: Comment vos anciens collègues l’ont-ils accueilli ?

R: Un ami m’a dit et c’était emblématique: +la guerre est une succession de saloperies. L’armée est payée pour les faire et pour se taire. Si tu dis la vérité, tu es un traître et tu mérites deux balles dans la tête+ (…). Certains officiers m’ont dit en privé qu’ils ne mettaient pas ma parole en doute, mais que tout ça allait nous retomber dessus.

Q: Vous êtes en paix avec vous-même ?

R: Non. Je ne le serai pas tant qu’on n’aura pas permis aux Français de juger par eux-mêmes de ce qui s’est passé. Il faut ouvrir les archives à tous les chercheurs, pas à une douzaine de personnes. Le rapport Duclert n’est qu’une étape mais elle est intéressante. Il permet au président de reconnaître publiquement la faillite de l’Elysée. Mais il reste à faire une analyse complète des faits, expliquer pourquoi on a protégé les génocidaires, le rôle des militaires. Je trouve aussi gênant qu’on ne parle pas de complicité morale et politique de génocide, même s’il est évident qu’il n’y a pas eu de complicité au sens juridique. En tout cas, il faut continuer sur cette volonté politique de chercher la vérité.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos