Rwanda/RdCongo: comment Paul Rusesabagina s’est entendu avec les FDLR

Rwanda/RdCongo: comment Paul Rusesabagina s’est entendu avec les FDLR

La Haute Cour de Kigali pour les crimes internationaux et transfrontaliers a poursuivi mercredi le procès de 21 personnes accusées de terrorisme pour des attaques contre des civils au Rwanda en 2018 et 2019, qui ont fait 9 morts et des destructions de propriétés. Parmi eux figure Paul Rusesabagina, auquel un film hollywoodien le présentant comme un héros, Hotel Rwanda, a donné une notoriété internationale. Il a fait savoir mercredi qu’il ne se présenterait plus devant la Cour parce que celle-ci a refusé de retarder le procès de six mois à sa demande. Les juges ont décidé que le procès se poursuivrait sans lui mais qu’il pouvait à tout moment revenir devant la Cour.

https://afrique.lalibre.be/58836/rwanda-rusesabagina-demande-a-etre-libere-parce-quil-a-ete-enleve/

Le parquet s’est attelé à démontrer que les actions terroristes du MRCD, coalition d’opposition dirigée par Paul Rusesabagina et qui comprend deux groupes armés, n’avaient rien d’improvisé, l’accusé jugeant “inutile” un mouvement politique sans bras armé. Et de citer l’arrestation en septembre 2009 de deux de ses collaborateurs au Burundi, où ils voulaient rencontrer les hauts responsables de la sécurité pour faciliter une attaque militaire contre le Rwanda. Ils avaient été livrés à Kigali, selon une lettre signée par le général major Adolphe Nshimirimana, alors directeur du service burundais de renseignement; il a été tué en 2015 dans un attentat.

Une universitaire américaine témoigne

La Cour a entendu un témoin : une Américaine (dont nous n’avons pu saisir le nom lors de la retransmission du procès), professeur à l’Université de Californie, qui a travaillé volontairement pour la Hotel Rwanda Rusesabagina Foundation, à partir de 2009, après avoir rencontré à Chicago, pour un travail sur les migrants et les réfugiés, le bras droit de Paul Rusesabagina, Providence Rubengisa.

Elle travaillait pour celui-ci, qui s’était présenté comme un survivant du génocide et un héros, et notamment sur ses E-mails. Lors d’une conversation, il affirmera au témoin être la cheville ouvrière du travail accompli, Rusesabagina étant “paresseux”. Le témoin note par ailleurs que nombre des membres du groupe gravitant autour de Rusesabagina ont reçu des bourses d’études aux Etats-Unis et au Canada, voire des postes aux Nations Unies.

Le témoin a fini par être troublée par le fait que, dans les E-mails auxquels elle avait accès, il était question de “double génocide”, voire même d’un “génocide des Hutus par les Tutsis” (en réalité les extrémistes hutus ont voulu exterminer les Tutsis ; il y a eu un million de morts ; l’armée génocidaire, vaincue, a fui au Congo voisin) et a commencé à éplucher les textes auxquels elle avait accès. Elle s’est ainsi rendu compte de contacts du parti PDR de Rusesabagina avec les FDLR (groupe armé hutu issu des génocidaires, qui sévit au Congo) pour leur envoyer de l’argent par Western Union, de récoltes de fonds, d’accord commerciaux sur des minéraux congolais.

Achat d’armes en Afrique du Sud pour les FDLR

Les E-mails indiquent que Paul Rusesabagina s’est rendu en Afrique du Sud pour y rencontrer un chef FDLR et y acheter des armes. Qu’il recevait régulièrement des rapports sur les combats menés au Congo par le groupe armé. A chaque fois, le témoin cite des E-mails dont, minutieuse, elle a gardé copie.

Le témoin évoque aussi des discussions sur “le budget” pour les FDLR, qui voudraient recevoir “500 000” dollars “par mois”, une prétention jugée trop élevée par le parti de Rusesabagina, qui leur demande cependant de quelles armes ils disposent et lesquelles ils voudraient acquérir. Et d’encourager le groupe armé: “Soyez forts, soyez vigilants. Nous luttons pour la même chose”.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos