Le monde arabe détient le record de jeunes dans le besoin et victimes de violences

Le monde arabe détient le record de jeunes dans le besoin et victimes de violences

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) détient un double record mondial: celui des jeunes dans le besoin et des enfants victimes de graves violences, affirme le directeur régional de l’Unicef.

Malgré ce triste bilan, Ted Chaiban assure dans un entretien à l’AFP à Amman qu’il existe une lueur d’espoir à condition que se construisent de nouvelles relations entre les gouvernements et les jeunes, dix ans après le déclenchement des révoltes du printemps arabe.

« Après 2011, la vie et l’avenir des jeunes ont été mis en péril par la multiplication des conflits et la chute des prix du pétrole », note-t-il. Le résultat est accablant dans une région qui compte 124 millions de jeunes entre 10 et 24 ans, soit 26% de la population selon l’Unicef.

« Aujourd’hui, 38 millions d’enfants et d’adolescents ont besoin d’une aide humanitaire dans cette région, soit le nombre le plus élevé au monde. Il en va de même pour le chômage », relève ce responsable de l’agence onusienne.

En outre, le taux de chômage est de 29% en Afrique du Nord et 25% au Moyen-Orient. Et il est plus élevé chez les femmes avec respectivement 39 et 41%.

« Pour l’Unicef, la région Mena représente plus de 50% du montant des appels de fonds pour l’aide humanitaire, soit un accroissement significatif depuis 2011 en raison de la dégradation économique et politique », souligne M. Chaiban.

Or, les perspectives ne sont pas réjouissantes. Il faudrait selon la Banque mondiale créer 300 millions de nouveaux emplois d’ici 2050. Pour satisfaire la demande des jeunes entrant sur le marché du travail, les pays de la région Mena devront dès aujourd’hui « créer 800.000 emplois par mois », a indiqué un responsable de la Banque mondiale en janvier.

D’autre part, la région, théâtre de conflits et d’une brutale répression dans plusieurs pays, « a connu depuis 2011 un accroissement exponentiel des violences contre le jeunes », ajoute le directeur régional de l’Unicef.

Selon lui, la moitié des 28.000 « graves violations » contre les jeunes recensées dans le monde en 2019, se sont produites dans sept pays de la région Mena.

Et elles ont doublé entre 2017 et 2019 selon les chiffres de l’ONU.

L’ONU regroupe sous le terme « graves violations » les mineurs blessés ou tués, le recrutement d’enfant soldats, les violences sexuelles, le rapt, les attaques contre les écoles et les hôpitaux, et le refus d’un accès humanitaire aux mineurs.

– « Impliquer les jeunes » –

Or, selon Juliette Touma, responsable de la communication de l’Unicef dans la région, « ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le nombre réel d’enfants tués ou blessés semble être bien plus haut. »

Pour preuve, plus de 22.000 mineurs ont été tués dans la seule Syrie depuis le début de la guerre civile il y a dix ans, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui recense méthodiquement les victimes du conflit dans ce pays.

Pour ajouter à cette situation déjà difficile, la pandémie de coronavirus a privé de cours 40% des élèves faute d’accès à l’enseignement numérique dans la région Mena.

« Il faut rouvrir les classes avec un enseignement hybride combinant le présentiel et l’enseignement à distance », plaide M. Chaiban.

Il est néanmoins optimiste malgré ce sombre tableau, car, « en dépit de la tourmente, des conflits armés et de l’incertitude économique, plus d’enfants vont à l’école, sont vaccinés contre les maladies infantiles et ont accès à l’eau potable ».

C’est l’occasion d’améliorer la qualité de l’enseignement et le mettre en adéquation avec l’évolution de l’emploi.

« Nous avons une excellente opportunité de réformer le secteur de l’éducation dans la région, d’impliquer les enfants et les jeunes, de leur donner les outils nécessaires pour répondre au changement rapide de l’économie, aux demandes du marché et de l’emploi dans l’avenir », dit-il avec enthousiasme.

Mais pour arriver à l’objectif, explique le directeur régional de l’Unicef, « il y a surtout un besoin crucial de nouvelles relations entre les gouvernements et les jeunes ».

Selon lui, « il faut créer des lieux, et des espaces où les jeunes peuvent s’exprimer, faire part librement de leurs inquiétudes, partager leurs idée de manière constructive sur la pauvreté, les inégalités et l’amélioration de la gouvernance ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos