RDCongo: Dan Gertler échappe aux sanctions américaines

RDCongo: Dan Gertler échappe aux sanctions américaines

Par Marie-France Cros.

Une des dernières mesures de l’administration Trump, prise en catimini, a été de lever de facto les sanctions américaines contre le milliardaire israélien Dan Gertler, puni pour avoir fait perdre 1,36 milliard de dollars à l’Etat congolais par des contrats miniers corrompus. « The Sentry », un groupe de pression américain qui enquête sur l’argent sale lié aux crimes de guerre en Afrique et sur ceux qui en profitent, demande à l’administration de Joe Biden de revenir sur cette décision.

Depuis décembre 2017, l’Israélien Dan Gertler – devenu milliardaire grâce aux faveurs des Kabila père et fils – fait l’objet de sanctions du département du Trésor américain, au nom de la loi Magnitsky (2016), qui autorise Washington à prendre des sanctions contre des hommes d’affaires ou de hauts fonctionnaires étrangers impliqués dans « de grossières violations des droits de l’Homme ». Grâce à la protection de Joseph Kabila, Gertler était devenu l’intermédiaire obligé pour faire des affaires minières avec l’Etat congolais: il rachetait des concessions largement au-dessous de leur valeur, au détriment du Congo, et les revendait avec de gros bénéfices. Il a été estimé que 1,36 milliard de dollars ont ainsi échappé à l’Etat congolais.

https://afrique.lalibre.be/12560/rdc-dan-gertler-vise-par-des-sanctions-americaines/

Les sanctions américaines avaient rendu très dfficiles les transactions internationales de Dan Gertler. Tous en travaillant à les contourner, selon le rapport de Global Witness et de la Plateforme pour la protection des lanceurs d’alerte en Afrique (https://afrique.lalibre.be/52178/rdcongo-dan-gertler-a-contourne-les-sanctions-americaines-grace-au-congo/ ), le milliardaire finançait depuis 2018 un cabinet d’avocats aux Etats-Unis, Arnold et Porter, pour faire du lobbying en sa faveur afin de faire lever les sanctions.

Une licence qui abolit les sanctions

 

Dans ses éditions de dimanche, le « New York Times » revèle qu’aux derniers jours de l’administration Trump, ces lobbyistes sont arrivés à leurs fins. Le 15 janvier, en effet, une licence a été émise en faveur de Dan Gertler, qui vide pratiquement les sanctions de leur substance. Elle donne en effet un an au milliardaire israélien pour faire des affaires avec des hommes d’affaires et des banques des Etats-Unis – une levée « à l’essai » en quelque sorte – en échange de l’engagement par le sanctionné de personnel destiné à confirmer qu’il respecte maintenant les bonnes pratiques américaines. Cette licence débloque également les fonds placés par Gertler dans des banques américaines, aux Etats-Unis comme à l’étranger.

« The Sentry », un groupe de pression des Etats-Unis qui enquête sur ceux qui profitent de l’argent sale issu de crimes de guerre en Afrique, a recommandé dimanche aux banques des Etats-Unis de ne pas mettre en œuvre cette licence, ni ouvrir de nouveaux comptes à Dan Gertler, « jusqu’à ce que cette matière soit l’objet d’enquête et résolue ». Il demande aussi à la nouvelle administration Biden d’annuler cette licence, « privée de raison discernable en matière de renseignement ou de sécurité nationale » alors qu’elle « menace l’intégrité, la réalisation et l’impact des programmes de sanctions économiques dans leur ensemble ».

Nouvelle polémique sur un projet Gertler au Congo

 

Cette faveur de l’administration Trump survient alors que Dan Gertler est de nouveau au centre d’une polémique au Congo. Il a, en effet,créé le 4 janvier dernier une société privée « Yabiso SA » (« ya biso » signifie « à nous » en lingala) destinée, selon ses propagandistes, à « faire participer les Congolais au bénéfice des richesses du pays ». Cette société recevrait « 30% du flux des redevances du projet Metalkol », acheté pour 83 million de dollars à la Gécamines en 2017, et les investissements de Congolais de la rue, « de 50 à 10.000 euros », sur base desquels ils pourraient profiter de prêts à certaines conditions.

Si Georges Kapiamba – proche de Félix Tshisekedi – a fait le 7 janvier, au nom de son ONG Accès à la Justice (ACAJ), un communiqué encourageant les Congolais à investir dans Yabiso, cinq mouvements citoyens ont annoncé, le 13 janvier, qu’ils allaient mener des actions pour exiger la transparence dans cette affaire et inviter les Congolais à se méfier du projet de Dan Gertler, qui est « un défi à l’Etat de droit et une mascarade », mis en œuvre par un homme ayant « orchestré » le « pillage de ressources » du Congo. Des personnalité ont, de leur côté, mis en garde sur les réseaux sociaux contre un montage rappelant, selon eux, le Bind– une arnaque pyramidale de type Ponzi – qui avait ruiné des milliers de Congolais et provoqué des émeutes en 1990, à la fin des années.

–> Pour plus d’informations cliquez ici!

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos