En librairie: une enfance congolaise en Belgique

En librairie: une enfance congolaise en Belgique

Par Marie-France Cros. 

Edité à compte d’auteur, “Amsoria” est un premier roman d’une Congolaise de Belgique, Lilia Bongi. Elle le présente comme un roman mais, à vrai dire, durant la plus grande partie de l’oeuvre, le lecteur croit tenir en ses mains une autobiographie tant le récit sonne vrai. Celle d’une fillette congolaise, Lily, arrachée à 10 ans à sa famille de Kinshasa, pour être envoyée par un père distant poursuivre sa scolarité en Belgique avec un de ses frères. Elle y vivra chez des tuteurs flamands et catholiques d’abord, wallons et protestants ensuite, peu éduqués à chaque fois.

Notre coeur saigne pour la fillette, abandonnée à des inconnus, que l’auteure montre imbus de leur générosité, parfois racistes, souvent mesquins; devant faire seule son apprentissage dans  une société inconnue; affrontant sans soutien les moqueries de camarades de classe; ne mangeant pas toujours à sa faim.

Singulières absences d’amour

Le récit frappe surtout par l’absence d’amour dans le monde de l’enfant: chez le père, qui, au Congo déjà, finance nourriture et école des enfants mais ne s’en occupe pas, leur préférant ses occupations et ses maîtresses; entre le père et la mère, mariée contre son gré; chez ces deux parents qui conduisent Lily et son frère de 12 ans à l’aéroport de Kinshasa sans rien leur expliquer de leur voyage vers “Mputu” (l’Europe), ni même les embrasser. Chez Lily qui, retrouvant en Belgique une autre soeur et un autre frère, se rend compte alors seulement… qu’elle ne les avait plus vus depuis quelques mois. Chez le père encore, de passage en Belgique, qui ne voit Lily que quelques minutes en classe, lui parle à peine et ne l’embrasse pas, avant de partir vers ses affaires. Chez l’aîné de la fratrie, jeune adulte vivant à Bruxelles, qui ne viendra jamais voir les petits…

Dès que Lily quitte l’enfance, cependant, apparaissent les défauts du récit. C’est l’héroïne, alors, qui apparaît incapable d’affection – elle aura deux maris européens pour lesquels, à aucun moment, ne transparaît d’émotion – ou de se reconnaître un tort quelconque. L’absence de sentiments autres que la rancoeur chez Lily empêche alors de croire à la fin, très édifiante, du roman. Dommage.

« Amsoria », de Lilia Bongi, 333 pages, 20 €, Ed. Lilia Bongi

Que pensez-vous de cet article?