Opinion: 60 après l’assassinat du père de l’indépendance de notre nation par les ennemis du Congo

Opinion: 60 après l’assassinat du père de l’indépendance de notre nation par les ennemis du Congo

Par Emmanuel Ndimwiza Murhonyi, sociologue, écologiste et militant de la Lucha.

La méconnaissance et le mépris des droits de l’homme dans notre pays, depuis la traite négrière jusqu’à ce jour, ont conduit à des actes de barbarie qui ont révolté et révoltent la conscience nationale. L’avènement d’un Etat de droit, où tous les citoyens seront libres de penser et de s’exprimer, seront libérés de la terreur, de la misère et de la pauvreté la plus abjecte, a, en conséquence, été proclamé comme la plus haute aspiration du peuple congolais.

En faisant la lecture attentive de l’histoire de la RDC depuis l’assassinat de P.E Lumumba, les jeunes engagés et héritiers de l’idéologie de Lumumba laissent entendre un cri permanent, étouffé par des larmes de souffrance ou simplement englouti sous les crépitements des armes. Ce cri, c’est celui des hommes, des femmes et des enfants qui ne demandent rien que la paix pour jouir de leurs droits et vivre dans des conditions qui permettent un épanouissement harmonieux de leurs capacités individuelles et collectives.

Ayant écouté ce cri, compris ce message et étant déterminés à y apporter une réponse positive – même s’ils ne sont pas les premiers responsables du problème du Congo –  les jeunes qui s’inspirent de l’idéologie de Lumumba ont tout mis en œuvre pour mener une lutte citoyenne qui, grâce à leurs actions collectives dans la non-violence, participent à la refondation d’un puissant mouvement citoyen et idéologique au cœur de l’Afrique, pour que l’avènement d’un Etat de droit en RDC puisse voir le jour et ainsi réaliser le rêve du leader de l’indépendance du Congo, Patrice Emery Lumumba.

Son engagement pour un Etat libre, fort, uni et prospère caractérise le combat des jeunes conscients qui se battent pour la justice sociale, la paix, la dignité humaine de l’homme congolai. Sa philosophie reste cette attitude de tous ceux qui s’indignent contre l’injustice sociale, le mensonge, la dictature. Les jeunes qui s’inspirent de Lumumba ne se battent contre personne, ils se battent contre un système qui rend esclave et bafoue la dignité humaine; contre tout système qui détruit l’ordre naturel et citoyen pour des raisons d’intérêts personnels. C’est un système honteux qui humilie tout un peuple, qui tue son propre peuple, qui méprise et se moque de son peuple par des médias ridicules, par des discours de honte, des promesses irréalisables et qui prône les antivaleurs comme modèle de gestion.

Qui sont ces citoyens (jeunes) qui continuent le rêve de Lumumba ?

Ce sont essentiellement des jeunes qui s’emploient à sensibiliser les citoyens sur leurs droits et devoirs, à les motiver à travers des actions citoyennes dans la non-violence. Ils sont non partisans lorsqu’ils exigent des gouvernants qu’ils rendent des comptes. Ce sont des jeunes de tous âges, de toutes origines, de toutes conditions sociales, de toutes croyances. Ils ont en commun leur foi en eux-mêmes pour rendre au Congo sa grandeur, sa paix, sa prospérité, bref le rêve des aïeux. La philosophie de Lumumba est à la fois une vision et une dynamique révolutionnaire des citoyens en quête de changement, de justice sociale et distributive.

Pour eux, Lumumba constitue une conviction, celle d’une génération qui croît en l’avènement d’un monde, d’une Afrique et d’un Congo nouveaux, justes, où la dignité humaine, les valeurs patriotiques et citoyennes sont promues. Ces jeunes s’indignent contre tout système qui se désintéresse de l’homme quel qu’il soit, qui prône la violence et laisse son peuple dans des conditions misérables. Ces jeunes s’indignent contre tout système qui détruit la nature et se désintéresse de l’environnement.

Ils ont commun le rêve de bâtir un Congo uni par le destin et par l’histoire autour des nobles idéaux de paix, de liberté, de fraternité, de justice sociale, de travail. Ils sont animés par le souci de bâtir un Etat de droit, une nation puissante, forte et fondée sur une véritable démocratie politique, économique, sociale et culturelle.

Plusieurs interrogations inondent les cœurs de ces jeunes: jusqu’à quand resterons-nous silencieux ? Jusqu’à quand supporterons-nous l’humiliation ? Le Congo restera-il prisonnier de son histoire ? Faisons-nous partie de ces hommes et femmes qui se battent et qui veulent changer les choses ?

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos