Alger demande à Washington d’être « impartial » sur la scène internationale

Alger demande à Washington d’être « impartial » sur la scène internationale

L’Algérie attend des Etats-Unis « l’impartialité » sur la scène régionale et internationale, a affirmé jeudi le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum en recevant une délégation américaine de haut rang.

Le secrétaire d’Etat adjoint pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker, a évoqué avec les responsables à Alger la question du Sahara occidental et les conflit en Libye et au Sahel. « M. Boukadoum a souligné la nature du rôle attendu des Etats-Unis pour faire avancer les causes de la paix sur les plans régional et international, dans l’impartialité qu’exigent les défis actuels », selon un communiqué de son ministère. « L’Algérie est un leader sur la scène internationale et nos deux pays ont un intérêt commun à assurer une région plus sûre et plus prospère », a déclaré M. Schenker lors d’une conférence de presse. Arrivé mercredi à Alger après une étape en Jordanie dans le cadre d’une tournée régionale, David Schenker est accompagné par la secrétaire à l’US Air Force, Barbara Barrett, et le chef de l’USAF en Europe et Afrique, le général Jeffrey Harrigian. Sa visite de 48 heures à Alger s’inscrit dans un contexte régional marqué par les conflits en Libye et au Sahel, et par des tensions au Sahara occidental, territoire autonome que se disputent le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario soutenus par Alger. M. Schenker est attendu en fin de semaine au Maroc. Selon des sources diplomatiques à Rabat, les Américains prévoient d’ouvrir dimanche une représentation provisoire à Dakhla, grand port du sud du Sahara occidental, en attendant la construction du consulat prévu par l’accord signé le 22 décembre à Rabat entre les Etats-Unis, Israël et le Maroc. Cet accord entérine à la fois la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur l’ancienne colonie espagnole considérée comme un territoire autonome par l’ONU, et la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Il y a trois mois, le ministre américain de la Défense Mark Esper -limogé depuis par Donald Trump- a effectué une tournée qui visait à renforcer la coopération militaire avec les pays de la région dans la lutte contre les jihadistes et la sécurité en Afrique du Nord, en Libye et au Sahel. « L’Algérie possède une expertise durement acquise en matière de sécurité et de lutte contre l’extrémisme violent, et nous ne pouvons qu’avoir du respect pour ses capacités », a estimé Mme Barrett. Si l’instabilité en Libye et au Sahel est un sujet de préoccupation mutuelle pour Alger et Washington, la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, en contrepartie d’une normalisation de Rabat avec Israël, a été vivement critiquée par Alger. Le Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad a dénoncé en décembre des « manoeuvres étrangères qui visent à déstabiliser l’Algérie » et « une volonté de +l’entité sioniste+ (Israël, NDLR) de se rapprocher » des frontières de son pays. M. Schenker a réitéré la position américaine en faveur de « négociations politiques » dans le cadre du plan d’autonomie du Sahara occidental proposé par le Maroc. Il a par ailleurs annoncé un plan d’aide des Etats-Unis de 4,1 millions de dollars (3,3 millions d’euros) pour soutenir l’Algérie dans la lutte contre le Covid-19.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos