RDC: Thisekedi annonce la désignation d’un « informateur » et brandit la menace d’élections

RDC: Thisekedi annonce la désignation d’un « informateur » et brandit la menace d’élections

Le président congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a annoncé dimanche la désignation d’un « informateur » qui sera chargé d’identifier une nouvelle coalition gouvernementale disposant d’une majorité absolue au sein de l’Assemblée nationale, alors que son alliance avec son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange, traverse une crise profonde. « La majorité parlementaire actuelle s’étant effritée, une nouvelle majorité est nécessaire », a-t-il affirmé dans une adresse à la Nation retransmise par la Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC, publique).

« En conséquence, j’ai décidé de nommer un informateur, conformément aux dispositions de l’article 78, alinéa 2, de la Constitution. Il sera chargé d’identifier une nouvelle coalition réunissant la majorité absolue des membres au sein de l’Assemblée Nationale. C’est avec cette nouvelle coalition que le Gouvernement qui sera mis en place au plus vite, conduira son action durant le reste du quinquennat, suivant ma vision, dans le but de répondre aux aspirations du peuple », a dit le président de la République démocratique du Congo (RDC).

Il a agité la menace d’une dissolution de l’Assemblée en cas d’échec de cette recherche de nouvelle majorité.

« Au cas contraire (…) j’userai des prérogatives constitutionnelles qui me sont reconnues, pour revenir vers vous, peuple souverain, et vous demander une majorité », a-t-il ajouté en faisant allusion à l’organisation d’élections législatives anticipées – que la RDC serait bien en mal de tenir dans le délai imparti de 60 jours.

Le président rendait compte des « consultations politiques » qu’il a menées entre le 2 et le 25 novembre, avant une phase de « compilation », avec les forces politiques et des représentants de la société.

Ces consultations ont « mis en évidence, à une écrasante majorité, le rejet de la coalition entre le Front commun pour le Congo et Cap pour le changement », a-t-il déclaré.

« J’ai noté qu’il faut mettre fin à l’accord de coalition Cach-FCC, considéré comme la raison principale du blocage actuel », a-t-il ajouté.

Son discours a provoqué des scènes de joie parmi ses centaines de partisans réunis à Kinshasa devant le siège du parti présidentiel, l’Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS).

D’après la Constitution de février 2006, en cas d’absence de majorité, le président « confie une mission d’information à une personnalité en vue d’identifier la coalition ».

« La mission d’information est de trente jours renouvelable une fois », ajoute la Constitution.

Le FCC pro-Kabila a revendiqué cette semaine encore une majorité de plus de 300 députés sur 500, en accusant les partisans de M. Tshisekedi de vouloir procéder à des débauchages dans ses rangs moyennant des sommes d’argent.

Tshisekedi, un ancien opposant, a été proclamé président à la suite des élections générales contestées du 30 décembre 2018. Il a été investi le 24 janvier suivant. Six mois s’étaient ensuite écoulés avant l’entrée en fonction du gouvernement dirigé par le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba et largement dominé par les kabilistes.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos