RDC: les avocats de Vital Kamerhe lancent un cri d’alarme à propos de sa santé

RDC: les avocats de Vital Kamerhe lancent un cri d’alarme à propos de sa santé

Les avocats français de l’ex-directeur de cabinet du président de la République démocratique du Congo (RDC), Vital Kamerhe, ont lancé un cri d’alarme sur l’état de santé de leur client et dénoncé des irrégularités dans la procédure judiciaire en appel dans le cadre d’une affaire de corruption, le procès dit « des 100 jours ». « Alors qu’il était en détention à la prison de Makala (le Centre pénitencier et de rééducation de Kinshasa, ou CPRK, ndlr), nous avions un contact quasi journalier avec lui (d’avril à septembre 2020). Mais, depuis la reprise du procès devant la Cour (en septembre) et son transfert dans un lieu tenu secret, nous ne pouvons plus le joindre, tandis que lui-même ne prend plus contact avec nous, et qu’il semble que ses avocats congolais ne parviennent pas à le rencontrer », ont indiqué les avocats, Mes Clara Gérard-Rodriguez et Pierre-Olivier Sur, dans un communiqué parvenu mardi à l’agence Belga.

« Nous recevons de la part de ses proches, des informations parcellaires et contradictoires, dont l’évidence est qu’elles sont bridées par une crainte insurmontable », ajoutent les conseils de M. Kamerhe.

Selon eux, l’ambassade de RDC en France leur a refusé deux fois l’octroi d’un visa « au seul prétexte que nous sommes avocats français ».

L’état de santé de M. Kamerhe, emprisonné depuis avril et condamné en juin à vingt ans de prison – avec l’entrepreneur libanais Jammal Samih – pour le détournement d’environ 50 millions de dollars d’argent public, s’est dégradé. IL est hospitalisé depuis le mois d’août quand il a fait un malaise à la prison de Makala.

Cet ancien allié de l’ex-président Joseph Kabila passé à l’opposition et devenu directeur de cabinet de l’actuel chef de l’Etat congolais, Félix Tshisekedi est « sérieusement malade » et a besoin « de soins appropriés pour que sa situation s’améliore », avait déclaré le 24 novembre le vice-ministre de la Justice, Bernard Takahishe. « Sinon ça risque d’être une catastrophe. Il y aura peut-être nécessité de le faire évacuer », avait-il ajouté.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos