Rwanda: Trois associations françaises déposent plainte contre BNP Paribas

Rwanda: Trois associations françaises déposent plainte contre BNP Paribas

Les associations françaises Sherpa (association d’avocats et de juristes), le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) et Ibuka-France (qui entretient le souvenir du génocide) ont déposé plainte ce jeudi 29 juin à Paris, avec constitution de partie civile, contre la banque BNP Paribas pour complicité de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre. C’est la première fois qu’une telle plainte est déposée en France.

L’argent des armes

En cause: la banque aurait accepté de transférer, en juin 1994 – alors que le génocide des Tutsis au Rwanda était en cours et qu’un embargo sur les armes à destination de ce pays avait été adopté par l’Onu un mois plus tôt –  1,3 million de dollars d’un compte de la Banque nationale du Rwanda, sa cliente, vers le compte suisse d’un courtier en armes sud-africain.

Ce dernier, nommé Ehlers, indiquent les trois associations, se serait alors rendu aux Seychelles avec le colonel Théoneste Bagosora (considéré comme le « cerveau » du génocide et condamné en 2011 en appel à 35 ans de prison pour génocide, crimes de guerre et contre l’humanité par le Tribunal pénal international pour le Rwanda) pour y conclure, le 17 juin 1994, la vente de 80 T d’armes. Celles-ci auraient été acheminées à Gisenyi (Rwanda) via Goma (RDCongo).

Une banque belge avait refusé

Les trois associations soulignent que la Banque Bruxelles-Lambert (BBL) avait, elle, refusé la demande d’utilisation de fonds émanant de la Banque commerciale du Rwanda pour ne pas violer l’embargo. La BNP aurait été la seule banque à accepter ce transfert de fonds, alors qu’elle devait nécessairement avoir connaissance du fait que ce transfert pouvait contribuer au génocide en cours, estiment les trois associations sur base de témoignages et de rapports d’enquête de l’Onu.

Rappelons que la France a soutenu les génocidaires avant et pendant le génocide. Jeune Afrique est revenue la semaine dernière sur le comportement des soldats français de l’opération Turquoise, officiellement destinée à évacuer des civils mais surtout à exfiltrer de nombreux génocidaires: « Au cours de l’opération Turquoise, ordre avait été donné [aux militaires français] de réarmer les Hutus qui franchissaient la frontière entre le Rwanda et l’ex-Zaïre. Ceux-là même qui venaient de commettre, au cours des trois mois précédents, un génocide aussi fulgurant qu’impitoyable contre les Tutsis. L’auteur de cette confidence sulfureuse est un haut-fonctionnaire français habilité secret défense.” C’est l’opération Turquoise qui a introduit au Congo près de deux millions de Rwandais fuyant la défaite militaire des génocidaires, notamment des soldats et miliciens extrémistes hutus qui, depuis lors, sont responsables d’une grande part des pires exactions commises au Kivu (est du Congo)

Pour les trois associations, « si les faits étaient avérés, cette plainte permettrait de mettre en lumière la responsabilité potentielle des investisseurs en matière de crimes de guerre et, plus largement, en matière de violation des droits humains. Le devoir de vigilance appliqué aux banques permettrait d’éviter le financement de telles violations ».

Que pensez-vous de cet article?