RDCongo: la difficile rééducation des « kulunas »

RDCongo: la difficile rééducation des « kulunas »

Par Marie-France Cros. 

Cinq « kulunas » (bandits armés) de Kinshasa, envoyés en rééeducation au Katanga, ont été rattrapés après s’être enfuis de leur cantonnement. Ils avaient été dénoncés par la population locale.

Plusieurs centaines de kulunas sont arrivés début novembre aux installations du Service national à Kanyama Kasese, dans le Haut-Lomami (province issue du démembrement du Katanga en 2015; chef-lieu: Kamina).

Exécutions sommaires

Depuis plusieurs années, la police de Kinshasa s’attaque au développement du banditisme armé, qui a prospéré dans la capitale. Depuis 2013, une méthode radicale était privilégiée: des policiers, parfois en civil, arrêtaient des dizaines de jeunes gens soupçonnés d’être des kulunas et les tuaient lors d’exécutions sommaires, parfois publiques afin de dissuader leurs congénères de poursuivre sur ce chemin. La méthode a été largement critiquée par les organisations de défense des droits de l’Homme.

En mai dernier, lors d’une nouvelle rafle, le commissaire provincial de Kinshasa, Sylvano Kasongo – originaire de Manono, dans le Grand Katanga – avait déploré que lorsque les kulunas étaient arrêtés, « le soir ils sont libérés » par les parquets, qui les considèrent, disait le chef de la police de Kinshasa, « comme du menu fretin ». Et de suggérer aux autorités de les envoyer plutôt « à l’intérieur », c’est-à-dire en province.

Récolte de maïs remarquée

Il semble avoir été entendu puisqu’en août dernier, le président Félix Tshisekedi a indiqué au gouvernement qu’il fallait développer le Service National (créé en 1997 par Kabila père pour encadrer les jeunes au service de la nation, mais jamais réellement financé) et multiplier par quatre le nombre de centres – actuellement un seul, celui du Katanga, au sud – afin qu’il y en ait aussi au centre du pays, à l’est et à l’ouest. Celui du Katanga enseigne essentiellement l’agriculture à ses pensionnaires et s’était distingué, en jullet dernier, par une très bonne récolte de maïs, réussite répercutée dans les médias.

Après une nouvelle rafle, plusieurs centaines de kulunas ont été revêtus d’une salopette bleue au nom du « Service National » et filmés à leur départ en avion, le 5 novembre, vers Kanyama Kasese. Leur nombre exact n’est pas clair: selon le Forum des As, ce jour-là, 929 kulunas faisaient partie du voyage; aujourd’hui, selon l’agence de presse APA, 600 sont arrivés sur place alors que 2000 sont attendus.

Citadins repérables

L’agence APA, citant des sources locales, rapporte que 5 pensionnaires kulunas du centre de Service national, s’étaient échappés de leur cantonnement et avaient pris la fuite en direction du Kasaï oriental, la province voisine. Dénoncés par la population, ils avaient été rattrapés « en moins de 24h ». Leur cantonnement est situé dans le village de Mambuwa, à une vingtaine de km du centre de Kanyama. Dans cette région très rurale, tous se connaissent et les kulunas, des citadins, y étaient facilement repérables, alors que leur arrivée a suscité quelques inquiétudes chez les autorités locales, qui redoutent que leur présence n’amène une hausse de l’insécurité.

Les kulunas rattrapés ont dénoncé le manque d’encadrement dont ils bénéficient au centre de Service national et parlent de mauvais traitements. La Libre Afrique.be n’a obtenu aucun renseignement sur ceux-ci. Une source à Kinshasa souligne cependant que le Service national est, pour les kulunas arrêtés, un progrès par rapport à la période précédente, quand ils étaient abattus par dizaines, ainsi que par rapport à l’incarcération.

Les prisons de la RDCongo sont en effet surpeuplées. Dans beaucoup d’établissements règne la famine; seuls ceux qui sont nourris par leur famille s’en tirent. « Or les kulunas sont bien souvent des « shégués » (enfants de la rue) qui ont grandi et n’ont, par définition, pas de famille: ou ils sont orphelins, ou ils ont été rejetés par leur famille. En prison, ils ne sont donc pratiquement pas nourris ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos