Crise politique en RDC: la justice retire l’autorisation de sortie de l’opposant Moïse Katumbi

Crise politique en RDC: la justice retire l’autorisation de sortie de l’opposant Moïse Katumbi

Le procureur général de la République congolais, Flory Kabange Numbi, a annoncé le retrait de l’autorisation de sortie du territoire national de la République démocratique du Congo (RDC) accordée à l’opposant Moïse Katumbi Chapwe, qui vit en exil en Belgique, rapporte jeudi le site d’informations Actualité.cd. Le procureur a, dans une correspondance datée du 20 juin et adressée au bâtonnier Jean Joseph Mukendi, avocat de M. Katumbi, le procureur justifie sa décision par le « non-respect du devoir de réserve » qu’il dit avoir constaté de la part de l’ex-gouverneur de la province du Katanga, alors que ce dernier y était astreint.

« En vertu du paragraphe trois de la correspondance (ayant autorisé ce riche homme d’affaires à quitter le territoire congolais), je retire à votre client ladite autorisation lui accordée le 20 mai 2016. Il est tenu dès la réception de la présente à se présenter devant le magistrat instructeur », a écrit M. Kabange, selon Actualité.cd.

Autorisé à se rendre à l’étranger pour suivre des soins médicaux depuis mai 2016, l’opposant – un ancien allié du président Joseph Kabila – a été depuis condamné en RDC à trois ans de prison pour spoliation d’immeuble et attend de comparaître devant la justice pour une affaire de recrutement présumé de mercenaires. Les autorités congolaises ont promis de l’arrêter dès son retour.

Récusant ces accusations, M. Katumbi avait porté plainte le 2 juin auprès du comité des droits de l’homme de l’ONU à Genève contre le gouvernement du président Joseph Kabila qu’il soupçonne de vouloir l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle, dont la date n’a pas encore été fixée.

Il a récemment annoncé, tout comme son porte-parole, que son retour en RDC était « imminent » après que le comité des droits de l’homme de l’ONU a sommé les autorités de Kinshasa de l’autoriser à rentrer et d’assurer sa sécurité.

Que pensez-vous de cet article?