Décès de l’homme d’affaires et opposant congolais Sindika Dokolo à Dubaï

Décès de l’homme d’affaires et opposant congolais Sindika Dokolo à Dubaï

L’homme d’affaires et opposant congolais Sindika Dokolo, beau-fils de l’ancien président angolais Jose Eduardo dos Santos, est décédé jeudi à Dubaï, où il a été victime d’un accident de plongée, ont indiqué vendredi plusieurs médias, citant des proches. Il était âgé de 48 ans.

Fils d’Augustin Dokolo, le premier banquier privé du Zaïre (devenu la République démocratique du Congo), et d’une mère danoise, Sindika Dokolo s’était fait connaître en 2016 pour son combat contre un troisième mandat du président Joseph Kabila. Il était ainsi l’initiateur du mouvement citoyen Les Congolais Debout, surtout actif sur internet.

Opposant virtuel à Kinshasa, M. Dokolo prospérait dans l’Angola voisin depuis son mariage en 2002 avec Isabel dos Santos, fille de l’ex-président angolais et considérée comme la femme la plus riche d’Afrique.

Lui-même toujours élégant, il était collectionneur d’œuvres d’art africaines. Il militait pour que ces œuvres ou objets volés soient restitués aux musées africains.

En Angola, il avait été rattrapé, après l’arrivée au pouvoir du président João Lourenço, par des révélations sur les montages financiers opaques du couple qu’il forme avec Isabel dos Santos dans des secteurs comme le pétrole, le diamant, le ciment, la distribution, la téléphonie.

En décembre dernier, un juge civil de Luanda avait ordonné le gel des comptes bancaires et des actifs des deux époux dans une pléiade de sociétés angolaises.

Un mois plus tard, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publié une enquête, les « Luanda Leaks », qui accuse Isabel dos Santos, sur la foi de documents piratés, d’avoir « siphonné les caisses du pays ».

Dans la foulée, la justice portugaise avait à son tour gelé ses comptes et certains de ses actifs au Portugal, où elle a investi dans la banque et la téléphonie.

Que pensez-vous de cet article?