RDC : J.J. Lumumba sceptique face aux consultations politiques qui débutent ce lundi

RDC : J.J. Lumumba sceptique face aux consultations politiques qui débutent ce lundi

Après une semaine de vives tensions politiques en République démocratique du Congo, la coalition au pouvoir entre le président Félix Thisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila semble avoir vécu.

L’actuel président a annoncé vendredi soir l’ouverture ce lundi de consultations politiques qui visent à modifier l’architecture politique de la majorité en RDC.

Entretien avec Jean-Jacques Lumumba, lanceur d’alerte et président d’UNIS, la plate-forme de lutte contre la corruption en RDC

RDC : « UNIS », la plate-forme anticorruption africaine prend son envol

Jean-Jacques Lumumba quel regard portez-vous sur les derniers événements en RDC et sur les prises de position du président Félix Tshisekedi ?

Jean-Jacques Lumumba : « Très clairement, je dirais que la coalition politique qui gouverne le pays depuis Janvier 2019 a échoué à remettre le pays sur les rails de la relance économique. Je peux citer plusieurs raisons mais je préfère m’arrêter à ce stade pour le moment. »

Le président a annoncé le début de consultations politiques. Quelles doivent être les priorités de tous les acteurs de ces consultations selon vous ?

JJL :  « A mon avis, je pense que l’outil ne devra pas supplanter l’œuvre. Il est hors de question de réduire l’expression politique de ce grand Congo à des consultations réitérées. On est d’accord que consulter fait partie de la culture républicaine, mais pour quels résultats ? Les priorités de notre pays sont connues, à savoir :

  • Rompre avec plusieurs décennies de mauvaise gouvernance

  • Résoudre les questions sécuritaires qui sont urgentes

  • Avoir un plan d’éducation nationale ambitieux et réaliste

  • Assurer l’autosuffisance alimentaire

  • Mettre fin au cycle d’impunité et de corruption

  • Mettre le peuple au centre de l’action et non des discours politiques

  • Mettre l’Est du pays dans les priorités de l’action gouvernementale.

Vous militez avec plusieurs acteurs de la société civile sur des questions de gouvernance et de lutte contre la corruption, serez-vous présents aux consultations à titre personnel et pour le compte de votre coalition ?

JJL : « Je n’engage ni la coalition encore moins les autres parties prenantes. A titre personnel, je reste très attaché aux valeurs républicaines qui placent les intérêts de la population au centre de l’action publique. J’ai bien suivi et réfléchi au discours du Président de la République, je ne suis pas concerné comme personnalité attendue par le chef de l’Etat pour faire partie de l’Union Sacrée. En effet, l’enjeu de cette crise est tout d’abord politique et elle ne se résorbera que si l’hypocrisie politique et les intérêts égoïstes sont mis de côté.

RDC : « Félix Tshisekedi doit passer aux actes ! » (vidéo)

Si le but est de se partager les responsabilités au sein d’un gouvernement de large coalition, il faut le dire tout de suite afin que ceux qui veulent se partager les responsabilités y accourent et se partagent le butin. Si c’est le peuple qui est réellement au centre de tout, il faut le montrer aussi, mais notre avis est clair : les priorités du peuple congolais doivent être au centre de l’action et non au centre des discours et des promesses politiques ».

Le 30 juin 2020, ensemble avec d’autres signataires, vous avez lancé le Manifeste Citoyen et juste après vous avez débuté les consultations citoyennes, ne pensez-vous pas que c’est une occasion pour faire entendre votre voix ?

JJL :  « En effet, nous avons lancé les consultations citoyennes. Ces avis viendront des citoyens que nous nous sommes engagés à consulter et pas de nous. A ce stade, il est prématuré de dire quoi que ce soit ; notre vision étant bâtie sur un objectif à long terme. Nous nous conformerons aux désiderata de la population consultée et mettrons, le cas échéant, les résultats de ces consultations à la disposition du grand public ».

Qu’attendez-vous de ces assises qui vont commencer ce lundi 26 Octobre 2020 ?

JJL : « J’insiste sur le fait que les priorités de la population (lutte contre l’impunité, suffisance alimentaire, plan de relance industriel, éducation…) doivent fonder l’action de la gouvernance et non une course effrénée vers le gain et la course d’influence. La population congolaise n’est pas dupe. Elle observe. Elle agira en ordre utile et au moment opportun ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos