RDC : Kabila s’en prend aux évêques catholiques

RDC : Kabila s’en prend aux évêques catholiques

Le courrier des évêques de la Cenco, qui appelle tous les Congolais à se tenir « Debout » face à la crise majeure que traverse leur pays et qui met en accusation un « petit groupe d’individus » qui a pris en otage tout un pays, provoque la colère  de Joseph Kabila.

Le président Joseph Kabila n’a toujours pas annoncé quand ni s’il comptait quitter le pouvoir en République démocratique du Congo malgré le fait qu’il a dépassé la date  du 19 décembre 2016, synonyme de la fin de son second et dernier mandat, au regard de la Constitution congolaise.

Depuis quelques jours, une nouvelle séquence est ouverte en RDC. Tout a commencé par le courrier des évêques catholiques de la Cenco, vendredi 23 juin. Dans ce courrier, les évêques qui n’ont toujours pas digéré d’avoir été utilisés par la présidence au mois de décembre dernier, appellent les Congolais à la mobilisation et rappellent l’obligation d’organiser les élections présidentielles avant la fin de cette année 2017, conformément à l’accord de la Saint-Sylvestre signé par la majorité et l’opposition. Un texte dont s’est déjà affranchi Jospeh Kabila, le mois dernier, lors d’une de ses rares interviews, lorsqu’il avait déclarer, sans rire, aux journalsites allemands du Der Spiegel qui l’interrogeaient, qu’il « n’a rien promis », semblant ainsi indiquer que le élections en RDC dépendaient désormais du bon vouloir du président et plus de la Constitution.

La Ceni teste le terrain pour le président

Ce week-end, Corneille Nangaa, le patron de la  Commission électorale nationale indépendante (CENI, chargée d’organiser les élections), a lancé un ballon d’essai lors d’une réunion avec un groupe de jeunes du Rassemblement de l’opposition. Pour lui, devant cette jeune assemblée, il est désormais évident qu’il sera impossible d’organiser les élections en 2017.

Quant aux engagements de l’accord de la Saint-Sylvestre, il les balaie d’un revers de la main. Expliquant que cette échéance de décembre 2017 « n’était qu’une convenance avec les  évêques pour calmer les ardeurs d’une population surchauffée en décembre 2016. Date purement Politique et irréaliste ». Et il explique que le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA – toujours pas installé), le gouvernement et  la Ceni pouvaient de concert modifier ce calendrier.

Kabila s’en prend aux catholiques

Ce lundi 26 juin, à peine installé à Lubumbashi, le président Kabila a tenu à recevoir les députés provinciaux, nationaux et les sénateurs du Katanga, mais aussi les confessions religieuses.

Le président s’est d’abord énervé en constatant l’absence de l’Archevêque de Lubumbashi Monseigneur Jean-Pierre Tafunga. « Où est-il », a lancé le président à l’attention du vicaire général M. Moto. « A un deuil », a répondu le vicaire.

Une réponse qui n’a pas calmé le président Kabila qui, comme Corneille Nangaa, a accusé les catholiques d’être les responsables de la tension actuelle. « Vous voulez créer le désordre », a-t-il lancé. « Vous nous menacez s’il n’y a pas les élections en décembre prochain. Vous dites que c’est décembre ou rien », a pouruivi le président avant de prendre à parti les autres responsables des confessions religieuses dont Monseigneur Kapya Ntumba, de l’Eglise du Christ du Congo ECC, le bishop Mij Npalang de l’Eglise du Réveil, Justin Kachiz de l’Egise kibanguiste ou encore notamment Useni Ngoy  pour les Musulmans. « Ce sont les catholiques qui étaient les médiateurs lors des négociations de la Saint-Sylvestre. On a bien dit que si on voyait qu’on ne pouvait pas organiser les élections, le gourvernement, le CNA et la Ceni pouvaient proposer un autre calendrier ». Et de poursuivre, encore une fois comme le président de la Ceni en évoquant l’impossibilité actuelle d’organsier les élections au Kasaï vu les violences. « On ne peut pas organsier les élections si on n’a pas enregistré les électeurs au Kasaï », a encore lancé Kabila dans un silence lourd, avant d’interpeler le vicaire catholique en lançant « Où est Tafunga, il faut que je le vois ».

Que pensez-vous de cet article?