RDC : La Lucha met en garde contre une nouvelle guerre en Ituri

RDC : La Lucha met en garde contre une nouvelle guerre en Ituri

OPINION

BUNIA: Avec la montée de la tension entre Tribus HEMA et LENDU en Ituri, la lucha alerte sur un risque d’un nouveau conflit interethnique sanglant.


En date du 10 Juin 2017, le corps en décomposition d’un prêtre catholique de la congrégation des pères Carmes était retrouvé mort dans sa chambre, environs 6jours après, à la paroisse de Drodro, village situé à plus de 60km au Nord de Bunia, en Territoire de Djugu.
La nouvelle a créé une vive tension au sein de la population lolocale, la communauté LENDU à laquelle appartenait le défunt homme de Dieu n’a pas caché son indignation, soupçonnant ses collègues, notamment le curé de cette paroisse et son adjoint, qui eux sont des HEMA, d’être à la base de cet incident.
Le parquet de Bunia a procédé à l’arrestation de ces deux prêtres suspects et leur dossier est en cours d’instruction jusqu’à ce jour, mais ceci n’a pas réussi calmer la tension entre les deux communautés et la méfiance de part et d’autre est demeuré perceptible, jusqu’à ce qu’une mission conjointe qui a regroupé le diocèse de Bunia et la notabilité de la province, s’etait rendu sur le lieu et avait tenté de calmer les esprits.

Quelques jours plus tard, soit le mercredi 21 Juin, à la suite d’une information selon laquelle 3 jeunes Hema qui se rendaient en Ouganda avaient été enlevés sur leur route, et dont deux parmi eux ont été retrouvés morts, l’autre ayant réussi à s’échapper, dans une région où les miliciens de la Force de résistance patriotique de l’ituri (FRPI), rébellion proche des LENDU du Sud, appelés ausi NGITI sont actifs depuis plus de 15 ans, les jeunes de Kasenyi, une agglomération située à une soixantaine de kilomètres à l’est de Bunia au bord du lac Albert, en secteur des Bahema sud, territoire d’Irumu, se sont attaqués à une délégation officielle venue conduire un dialogue intercommunautaire dans la contrée. Le chef des Ngiti, présent dans la délégation et qui était le plus visé, a été grievement blessé ainsi que d’autres personnalités, notamment un proche-conseiller du gouverneur de province de l’Ituri.
La tension entre les deux communautés venait d’atteindre des proportions inquiétantes, les HEMA ayant ouvertement accusé les NGITI d’être derrière cette assassinat horrible, ont promu des représailles.

1. La Lucha Bunia s’inquiète de cette situation et appelle les uns et les autres à l’apaisement, rapelant que le vrai responsable de l’insécurité grandissante dans le sud du territoire D’IRUMU, n’est ni le peuple HEMA, ni le peuple NGITI, mais bien l’État congolais et son armée, qui pendant plus de 15ans, n’ont pas réussi à neutraliser la milice de la FRPI, responsable de plusieurs exactions dans cette région.

2. Notre mouvement tire une vive sonette d’alarme sur l’éclatement imminente d’un nouveau conflit sanglant entre les deux communautés si le gouvernement national ne s’active pas a éradiquer en toute urgence, la milice de la FRPI qui est à la base de la méfiance entre les deux peuples.
Pour la Lucha, il n’est pas question que Bunia redevienne le nouveau Beni ou Kananga, en la replogeant dans un nouveau bain de sang.
Devrons-nous rapeler que la malheureuse singularité de l’ituri, c’est qu’ici, il s’agit d’une guerre civile, teintée d’un tribalisme outré, qui la rend particulièrement meurtrière.
La crise de 1999 à 2003 a fait plus de 60.000 victimes selon l’ONU, il est inacceptable que l’Ituri revive ce nouveau cauchemar.

3. La Lucha invite enfin le gouverneur de l’Ituri, Monsieur Abdallah PENE MBAKA à jouer pleinement son rôle ou alors de s’en aller.
En effet, depuis l’avènement de ce gouverneur à la tête de la province, il n’a entrepris aucune démarche visant à anéantir la rébellion de la FRPI, malgré toutes les promesses faites dans son programme d’action lors de son élection. Au contraire, c’est sous son règne que la milice semble s’être renforcé et multiplié des exactions sur les populations civile dans une totale indifférence de sa part.

Fait à Bunia, le 26 Juin 2017

Pour la Lucha
Luc Malembe, Militant

Que pensez-vous de cet article?