RDC: deux gardes tués dans l’attaque d’une réserve naturelle classée

RDC: deux gardes tués dans l’attaque d’une réserve naturelle classée

Deux gardes d’une réserve naturelle d’okapis, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, ont été tués par des hommes armés en Ituri dans le nord-est de la République du Congo, a-t-on appris vendredi auprès de l’Institut congolais de la Conservation de la Nature (ICCN). « Dans l’attaque surprise de jeudi de la Réserve de faune à okapis (RFO), deux éco-gardes (rangers) ont été tués par des Maï-Maï (milices communautaires d’autodéfense) pour des raisons qu’on ignore jusqu’à présent », a déclaré le directeur général de l’ICCN, qui a la tutelle sur cette zone protégée, Cosma Wilungula, à l’AFP.

« L’armée qui était dans les environs est venue à la rescousse des éco-gardes. Ensemble, ils ont chassé les assaillants », a ajouté M. Wilungula. Les rangers sont généralement armés en RDC.

« Du côté des assaillants, (il n’y a) pas de précisions sur le nombre de morts, mais ils doivent avoir transporté des corps parce que des traces de sang sont visibles », a expliqué à l’AFP Muyisa Muzaliwa, chargé de la communication à la réserve.

L’okapi, appelé aussi girafe de forêt, est un mammifère qui ne vit que dans cette région de la RDC. En voie de disparition, il appartient à une espèce de mammifères ruminants de la même famille que la girafe, avec des rayures de zébres.

Inscrite au patrimoine mondiale de l’Unesco, la Réserve de faune à okapis couvre une superficie de 13.726 km2 sur le territoire de Mambassa dans la province de l’Ituri (nord-est). Elle abrite un sixième de la population d’okapis (environ 5.000 sur les 30.000 vivant à l’état sauvage), ainsi que de nombreuses espèces endémiques et menacées.

La RFO est la cible de fréquentes attaques des miliciens actifs dans la région depuis plusieurs années. En 2017, une dizaine d’éco-gardes avaient été tués lors d’une attaque d’hommes armés contre des postes de sécurité de la réserve.

Maï-Maï est un terme générique qui désigne des milices communautaires dont les actions vont de la défense des intérêts d’un groupe à la grande criminalité.

Les zones protégées couvrent 17% de la superficie du territoire national de la RDC, deuxième pays le plus grand d’Afrique juste derrière l’Algérie (2,345 millions de km2).

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos