RDC : Le M23 dément les informations du gouvernement congolais

RDC : Le M23 dément les informations du gouvernement congolais

Le groupe armé Mouvement du 23 mars (M23) a démenti samedi les allégations du gouvernement de la République démocratique du Congo l’accusant de fomenter une nouvelle rébellion dans l’est pour « balkaniser » le pays. « Dans le Sud-Kivu, il a été annoncé la création par certains rebelles ex-M23 d’un mouvement insurrectionnel dénommé Association pour la balkanisation de la RDC, constituée en grande partie d’éléments étrangers et rebelles ex-M23« , a affirmé Kinshasa selon un compte rendu du conseil des ministres de vendredi publié samedi.

« Nous avons lu avec stupéfaction sur les réseaux sociaux les fausses allégations » du gouvernement et l’invitons « à cesser de se fabriquer des bouc-émissaires sur la tête du M23 pour faire diversion sur ses propres turpitudes », a réagi dans un communiqué le président du M23 Bertrand Bisimwa.

« Nous déplorons (la) diabolisation et multiplication des accusations fortuites (…) contre notre mouvement comme si le gouvernement était en quête de la légitimation de l’option militaire » dans son combat contre les groupes armés dans la partie orientale du pays, qui va de la région de l’Ituri à celle du Kivu, ajoute-t-on.

« Le M23 ne dispose en ce moment d’aucun ex-combattant en province du Sud-Kivu » et « ne servira pas de bouc-émissaire à l’incapacité flagrante du Gouvernement de la RDC à assumer ses propres responsabilités dans la sécurisation du Kivu-Ituri », a ajouté M. Bisimwa.

Dernière rébellion importante à dominante tutsi soutenue par le Rwanda et l’Ouganda dans l’est de la RDC, le M23 avait été défait en novembre 2013 par l’armée congolaise, appuyée par les Casques bleus de la Mission de l’ONU (Monusco).

En dix-huit mois de guérilla le mouvement rebelle avait réussi à s’emparer de Goma, capitale du Nord-Kivu, en novembre-décembre 2012.

Un accord avait été signé à Nairobi (Kenya) incluant la possibilité du rapatriement de la plupart des combattants de l’ex-rébellion depuis l’Ouganda et le Rwanda, en vue de leur réinsertion.

Le M23 a à nouveau fait parler de lui au premier trimestre de 2017, lorsque l’armée avait déclaré avoir tué 20 membres de l’ex-rébellion et perdu des soldats lors des combats.

En février 2019, les autorités ougandaises ont renvoyé 70 anciens membres du M23 en RDC, dans le cadre d’un accord de rapatriement volontaire conclu en 2013.

Depuis près de 30 ans, l’est congolais est en proie aux violences.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos