Présidentielle en Côte d’Ivoire: l’avocate de Gbagbo proteste contre la non-délivrance de son passeport

Présidentielle en Côte d’Ivoire: l’avocate de Gbagbo proteste contre la non-délivrance de son passeport

L’avocate de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle à Bruxelles après son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), a accusé les autorités ivoiriennes de ne pas vouloir lui délivrer un passeport pour empêcher son retour au pays avant la présidentielle du 31 octobre. « Nous avons le regret de constater que (le chef d’Etat ivoirien) Alassane Ouattara refuse de faire délivrer un passeport ordinaire au président Laurent Gbagbo dans le seul but de l’empêcher de rentrer en Côte d’Ivoire, et cela à des fins électoralistes », a écrit Me Habiba Touré dans un courrier adressé à la presse et parvenu à l’AFP.

Elle affirme s’être rendue « ce jour » (25 aout) à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles: « Il nous a été indiqué que si la demande de passeport avait bien été transmise aux autorités ivoiriennes, ces dernières n’y avaient, pour l’instant, donné aucune suite ».

« Être réduit à s’opposer à la remise d’un passeport ordinaire, acte pourtant anodin dans toute véritable démocratie, met en évidence la régression de la Côte d’Ivoire dans les libertés publiques fondamentales », a accusé l’avocate.

Fin juillet, le porte-parole du gouvernement, Sidi Tiemoko Touré, avait assuré: « c’est un Ivoirien comme tout autre. Il recevra ses documents après le traitement ».

Gbagbo, 75 ans, avait aussi introduit une requête pour un casier judiciaire et un certificat de nationalité, des pièces indispensables pour tout candidat à un mandat électif.

Le retour de M. Gbagbo en Côte d’Ivoire revêt un enjeu politique majeur avant la présidentielle. Son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), l’exhorte à se présenter au scrutin. La date butoir pour le dépôt des candidatures est le 31 août.

L’ex-président entre 2000 et 2010 a été acquitté par la CPI de crimes contre l’humanité et libéré après sept ans de détention à La Haye. La Cour examine actuellement la demande d’appel de la procureure de la Cour, Fatou Bensouda.

La CPI a refusé une demande de liberté sans condition mais l’a l’autorisé à quitter la Belgique, où il était assigné à résidence depuis son acquittement, à condition que le pays où il souhaite se rendre accepte de le recevoir.

Gbagbo a par ailleurs été condamné à vingt ans de prison par la justice ivoirienne pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afriquede l’Ouest.

Le climat s’est tendu en Côte d’Ivoire, dix ans après la crise post-électorale qui avait fait plus de 3.000 morts. Des violences qui ont suivi l’annonce de la candidature du président Ouattara à un troisième mandat ont fait au moins 8 morts en août.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos