Eswatini veut relancer son économie en attirant les capitaux étrangers

Eswatini veut relancer son économie en attirant les capitaux étrangers

Le royaume africain d’Eswatini s’apprête à lancer un plan ambitieux de relance de son économie, déjà en panne avant la pandémie de coronavirus, destiné à attirer les investisseurs étrangers malgré les frasques financières reprochées à son roi.

D’un montant de 1,5 milliard de dollars, cet effort doit permettre de surmonter la récession – estimée à 6,7% – qui doit frapper le petit pays cette année pour cause de crise sanitaire.

Selon le dernier bilan, plus de 4.000 contaminations par le Covid-19 y ont été recensées, dont 79 mortelles.

Le plan du gouvernement vise notamment à mobiliser le secteur privé dans les secteurs du tourisme, de l’agriculture, des mines ou encore de l’industrie.

« Eswatini est ouvert aux affaires », a lancé jeudi Ambrose Dlamini, le Premier ministre de la dernière monarchie absolue du continent, en espérant mobiliser le secteur privé dans les secteurs du tourisme, de l’agriculture, des mines ou de l’industrie.

« Nous donnons l’assurance aux futurs investisseurs qu’ils peuvent placer leur argent dans le pays, le royaume d’Eswatini est politiquement stable », a-t-il plaidé lors d’un entretien téléphonique accordé à l’AFP.

Considéré comme un des pays les plus pauvres d’Afrique subsaharienne, l’ancien Swaziland est régulièrement montré du doigt pour les frasques du roi Mswati III, accusé par ses adversaires de puiser régulièrement dans les caisses publiques pour ses besoins personnels.

« Contrairement à tout ce que vous pouvez lire, sa majesté respecte la bonne gouvernance et l’intégrité et soutient le secteur privé », a tenu à rectifier M. Dlamini, « il n’y a aucune interférence à ce sujet ».

En octobre dernier, les fonctionnaires du pays étaient descendus en masse dans les rues du pays pour dénoncer l’achat par le roi d’une flotte de limousines de luxe, alors que les deux tiers de ses 1,2 million de sujets vivent sous le seuil de pauvreté.

« Il faut être très clair (…) ce n’est pas l’argent des contribuables qui a été dépensés pour ces soi-disant Rolls-Royce », a insisté le ministre des Finances, Neal Rijkenberg, lors du même entretien à l’AFP.

Mswati III règne sur l’Eswatini depuis son couronnement en 1986 à l’âge de 18 ans.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos