Affaire Kamerhe en RDC: rejet d’une nouvelle demande de libération provisoire

Affaire Kamerhe en RDC: rejet d’une nouvelle demande de libération provisoire

La justice congolaise a rejeté une nouvelle demande de libération provisoire sollicitée par Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président Tshisekedi, a appris lundi l’AFP auprès de son avocat qui s’inquiète pour sa santé. « Introduite vendredi, la demande de libération provisoire a été rejetée samedi » par la cour d’appel de Kinshasa Gombe, a déclaré à l’AFP Me Jean-Marie Kabengela. « Nous allons faire appel de cette décision devant la Cour de cassation », a-t-il ajouté.

Selon Me Kabengela, la « santé de M. Kamerhe n’est pas bonne. Il a des complications chroniques, et en cette période de Covid-19, nous avons des craintes » pour sa vie.

Ex-président de l’Assemblée nationale, principal allié du président Tshisekedi lors de son arrivée au pouvoir début 2019, M. Kamerhe a été condamné à 20 ans de prison pour détournement de fonds.

Son procès en appel initialement prévu le 24 juillet a été renvoyé au 7 août.

Ex-président de l’Assemblée nationale, M. Kamerhe, 61 ans, s’est désisté en faveur de l’actuel chef de l’État Félix Tshisekedi lors de la campagne électorale fin 2018. Arrêté le 8 avril, il a été condamné à 20 ans de « travaux forcés » (dans les faits, de la prison) avec l’entrepreneur libanais Jammal Samih, 79 ans, pour le détournement d’environ 50 millions de dollars.

Kamerhe clame son innocence et ses avocats dénoncent une « justice expéditive ». Au moins six de ses demandes de libération provisoire ont été rejetées, selon Me Kabengela.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos