Débats sur la mémoire du colonialisme – Deux associations rwandaises inquiètes face aux options du Musée de l’Afrique centrale

Débats sur la mémoire du colonialisme – Deux associations rwandaises inquiètes face aux options du Musée de l’Afrique centrale

Deux associations regroupant des Rwandais de Belgique ont exprimé mardi leur « vive inquiétude » quant au contenu de la note préparatoire rédigée par le Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) pour la mise sur pied par la Chambre d’une commission « Vérité et Réconciliation », chargée de se pencher sur le passé colonial de la Belgique, et à la liste des experts proposés, le professeur Filip Reyntjens et le journaliste Peter Verlinden. « Au nom de la DRB-Rugari, association de la diaspora rwandaise de Belgique et de l’Association des rescapés du génocide contre les Tutsi Ibuka Mémoire et Justice asbl, nous tenons à (…) exprimer notre vive inquiétude quant au contenu de cette note et à la liste des experts proposés dans celle-ci », indiquent-elles dans une lettre adressée au président de la Chambre, Patrick Dewael, et à la présidente de la commission des relations extérieures, Els Van Hoof.

Tout en saluant l’idée de créer une telle commission, la DRB-Rugari et Ibuka, la principale organisation de survivants du génocide des Tutsi de 1994 au Rwanda, soulignent que « la réussite et l’honnêteté d’une telle initiative ne sont concevables que si la démarche est faite avec un esprit réellement décolonisé, et en donnant une voix si souvent déniée aux principaux concernés, c’est-à-dire les Congolais, Rwandais et Burundais et leurs descendants belges ».

Les deux associations qualifient d' »édifiante » la distinction faite dans la note préparatoire du MRAC entre experts scientifiques et experts d’opinion, « notamment par sa tendance à systématiquement reléguer les personnalités scientifiques reconnues d’origine africaine dans la catégorie +experts d’opinion+, tout en omettant leurs titres académiques ».

La DRB-Rugari et Ibuka déplorent ainsi la présence de personnalités « contestées » sur la liste d’experts proposée par le MRAC. Elles citent les noms de deux personnes « profondément incompatibles avec l’objectif affiché par la Commission de recherche de la vérité historique »: le professeur Filip Reyntjens et le journaliste (retraité de la VRT) Peter Verlinden.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos