Une conférence panafricaine pour relancer le projet de barrage hydroélectrique Grand Inga

Une conférence panafricaine pour relancer le projet de barrage hydroélectrique Grand Inga

Le président congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a lancé lundi les travaux de la conférence panafricaine sur le Grand Inga – un projet de gigantesque barrage hydroélectrique – et l’hydroélectricité en République démocratique du Congo (RDC). Ces assises, qui se déroulent en visioconférence, se tiendront jusqu’au 29 juin, afin de préparer la grande conférence de chefs d’État, prévue entre septembre et octobre 2020, en fonction de l’évolution de la pandémie de coronavirus.

La RDC abrite le « plus grand potentiel hydroélectrique » d’Afrique et peut satisfaire jusqu’à 40% de la demande en électricité du continent à un prix compétitif et de manière pérenne, a affirmé M. Tshisekedi, qui a fait de l’électricité la « priorité économique » de son mandat, alors que seuls 8% des habitants du pays y ont accès.

Cette conférence est organisée en collaboration avec la Commission de l’Union africaine (UA), l’Agence de Développement de l’UA (AUDANEPAD) et le Haut Représentant de l’UA pour le développement des infrastructures en Afrique, Raila Odinga. Le projet Grand Inga est en effet un projet prioritaire de l’Agenda 2063 de l’UA, a souligné la presse kinoise.

La RDC caresse depuis des années ce projet de « Grand Inga », qui doit théoriquement prendre le relais des barrages Inga 1 (1972) et Inga 2 (1982) installés sur les rapides du fleuve Congo, dans la province du Kongo-central (ouest), à 150 km de l’embouchure. Il devrait générer 40.000 mégawatts (MW), ce qui en ferait l’un des plus puissants au monde, en commençant par la construction d’Inga 3, d’une capacité de 11.000 MW. L’ambition est d’approvisionner, outre la RDC, la Namibie, l’Angola, le Botswana et l’Afrique du Sud.

Au départ, deux groupements d’entreprises étaient en compétition: un consortium chinois emmené par Three Gorges Corporation (gestionnaire du gigantesque barrage des Trois-Gorges en Chine) et un autre autour du groupe espagnol Actividades de Construcción y Servicios (ACS). Mais ACS a fait part de son retrait en janvier dernier après l’annonce du président congolais Tshisekedi selon laquelle il envisage un nouveau phasage de la construction, moins rapide que celui soutenu par son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange.​

Que pensez-vous de cet article?