Le documentaire « Kongo » explore 500 ans d’histoire de la RDC

Le documentaire « Kongo » explore 500 ans d’histoire de la RDC

S’instruire. Ausculter l’Histoire avec ses pans glorieux et ses abîmes calamiteux, c’est le travail auquel s’attellent de nombreux historiens qui choisissent, parfois, le truchement de la fiction ou du documentaire pour éclairer le plus grand nombre. L’excellent documentaire Kongo***, diffusé ce samedi soir sur La Trois (RTBF) et disponible sur la plateforme Auvio, permet de revisiter cette histoire majeure et de faire reculer l’ignorance.

En la matière, l’histoire commune de la Belgique et du Congo, comme celle d’autres nations présentes en Afrique, ne manque ni de points d’ombre, ni de lacunes à combler. La ministre de l’Enseignement, Caroline Désir, l’a d’ailleurs souligné ce mercredi au sujet de la colonisation belge.

C’est à cette tâche vitale et ardue – combler les silences et les omissions – que s’attache le documentaire Kongo – Cœur noir, hommes blancs***, film ambitieux qui retrace l’histoire de la République démocratique du Congo (RDC) sur 500 ans, depuis le débarquement des Portugais jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Joseph Kabila.

En 2010, Samuel Tilman, historien et réalisateur (Une part d’ombre), Isabelle Christiaens, documentariste, Jean-François Bastin, réalisateur et Daniel Cattier, sénariste et réalisateur (Africains poids moyens, Les Routes de l’esclavage) ont uni leurs forces pour (re)donner vie à un fonds d’archives exceptionnel retraçant, pour la première fois, l’histoire du Congo sur cinq siècles. Un projet un peu fou qui a nécessité plus d’un an de recherches, « fouilles » menées en partenariat avec diverses institutions universitaires, scientifiques et d’archives du pays.

En résulte une série documentaire en trois volets : Kongo – La course effrénée (1510-1908) ; Les grandes illusions (1908-1960) ; Le géant inachevé (1960-2010) – et trois regards de réalisateurs pour retracer l’histoire de « l’une des régions les plus convoitées d’Afrique centrale ».

Cette série possède une double originalité: une narration polyphonique qui reprend les points de vue de différents personnages clés de chaque époque et un mélange d’images d’archives et d’animation 2D qui permet de visualiser les grandes étapes et basculements historiques. Composé de documents inédits, le documentaire propose une « relecture sans concession du passé » en se basant notamment sur des trésors d’archives coloniales méconnues numérisées à l’occasion du 50e anniversaire de l’Indépendance congolaise, en 2010.

Redécouvrir les hommes qui ont façonné le Congo

Par le biais de l’animation, Patrice Lumumba, Kasa-Vubu, Tippo Tip, Kimbangu, Ryckmans et quelques anonymes (journalistes, négociants) s’animent et offrent leur regard sur les diverses phases (commerce des esclaves et du caoutchouc, colonisation, Indépendance, assassinat de Lumumba, Zaïrianisation,…) qui ont façonné la nation congolaise.

Proposé samedi à 21h05 sur La Trois, ce documentaire sera suivi d’une nuit d’archives qui mettra en lumière les moments clés, déclarations et actes qui ont forgé l’Indépendance du Congo. Une première étape alors que pointe le 60e anniversaire de l’événement, le 30 juin prochain. Et qu’une programmation spéciale prendra place sur les antennes de la RTBF: en radio sur La Première, en télévision sur La Une et sur La Trois, entre le 16 et le 29 juin, ainsi que sur la plateforme Auvio. Un programme dont nous en reparlerons.

Karin Tshidimba

Que pensez-vous de cet article?