Passeports congolais: 21 citoyens saisissent le tribunal de commerce de Kinshasa

Passeports congolais: 21 citoyens saisissent le tribunal de commerce de Kinshasa

Vingt-et-un citoyens congolais ont saisi le tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe contre la filiale congolaise de la société belge Semlex Europe SA (Locosem Sarl), l’Etat congolais ainsi que son autorité de régulation des marchés publics au sujet du contrat pour la production des passeports biométriques qui doit arriver à terme ce mercredi, a annoncé la campagne « Le Congo n’est pas à vendre » (CNPAV).

Les plaignants exigent l’annulation du contrat avec Semlex, une réparation de la part de l’Etat congolais et de Semlex pour les préjudices subis et la baisse du prix des passeports – actuellement fixé à 185 dollars l’unité – à l’issue d’un processus transparent de passation des marchés publics, ont précisé les initiateurs de cette campagne dans un communiqué reçu à Bruxelles.

La ministre congolaise des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a toutefois proposé un « arrangement spécifique transitoire » d’une durée de six mois pour permettre à Semlex d’exécuter quelques obligations du contrat signé en 2015, comme le transfert à l’Etat congolais de l’infrastructure, du savoir-faire et des données techniques pour pouvoir assurer lui-même la fabrication de ces documents, selon une lettre datée du 3 juin circulant sur les réseaux sociaux.

Elle est adressée au patron du groupe Semlex, Albert Mario Karaziwan, un Belge d’origine arménienne.

La CNPAV demande pour sa part au ministère congolais des Affaires étrangères de publier un communiqué officiel avant le 10 juin avec des réponses claires à quatre questions: qui produira les passeports à partir du 11 juin 2020, comment l’entité qui produira les passeports a-t-elle été sélectionnée, quel sera le prix du nouveau passeport à partir du 11 juin 2020 et après le 11 juin, comment seront repartis les revenus de la vente du passeport et au profit de quels bénéficiaires?

Ces passeports sont facturés à 185 dollars aux ressortissants congolais, dont seuls, selon une enquête de l’agence de presse britannique Reuters, 65 reviennent au gouvernement congolais, soit 35% du prix.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos