Move with Africa: « Les blancs sont plus importants que les noirs » – Aller au Rwanda pour découvrir que l’Europe est raciste

Move with Africa: « Les blancs sont plus importants que les noirs » – Aller au Rwanda pour découvrir que l’Europe est raciste

Témoignages de deux élèves parties avec l’ONG Lumière pour le Monde au Rwanda en Février 2019 dans le cadre du projet de rencontres interculturelles, Move with Africa, initié par La Libre Belgique.

Par Léa Dratwa :

Dès le début du voyage, l’attitude des locaux envers nous était différente de ce dont on a l’habitude. Quand nous roulions dans les rues, dans le mini-bus, les personnes nous regardaient, nous souriaient, nous faisaient signe, et même certains claxonnaient en nous croisant. J’étais un peu déroutée. Je ne m’attendais pas à être perçue comme quelqu’un de différent.

Plus tard, j’ai rencontré une personne qui travaillait à l’hôtel ou nous sommes restés à Rwamagana. Il avait beaucoup de fonctions, il faisait aussi DJ. Il s’appelait Ibrahim. Un jour il m’a dit que « les blancs étaient plus importants que les noirs ».

Ceci m’a vraiment choqué. Nous, dans notre école, dans notre environnement, nous apprenons que « tout le monde est égal ». J’ai réalisé au Rwanda que les statues chrétiennes montrent des visages de blancs, que la société européenne est vue comme un but à atteindre.Les écoles, la religion, les routes, les chemins de fer sont arrivés au Rwanda avec les colonisateurs européens. Encore aujourd’hui, l’Europe signifie la modernité, la technologie.

J’ai réalisé que pour créer un monde où tout le monde se sente égal, il faut encore changer beaucoup de choses. Je me suis rendue compte que nous vivons, plus que je ne l’imaginais, dans une société pleine de vestiges d’une histoire raciste.

et par Klara Francova:

First coming into a Rwandan school, I was surprised. I had imagined a poor school with students that have no books and only one study program choice. I was wrong, the school was beautiful, the students have multiple classes programs choices and all of them in English. What also shocked me is that with 60 students in one class, the lesson was extremely quiet, and everyone was listening to the teacher.

Later we asked the class : “What do you want to be when you grow up? Every student in that class had some dreams, but I could feel that they didn’t believe in them. There was one thing holding them down : our stereotypes.

For many people in Europe, because a student is from Africa, it means that his knowledge will be worse than ours. Many people judge others depending on where they come from, and not simply as human beings.

Because of these stereotypes, these students in Rwamagana think that they are not smart enough and not able to ever study or work in Europe for example. It made me sad to see all those students educationally equal to me but convinced that their dreams are not achievable. Our racism holds them back.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos